don de la Création

archive

Accueil Category : don de la Création

Exemple

Nous les avons étudiés chacun séparément, mais l’aigle, le lion, le taureau et la face d’homme sont toujours représentés ensemble, et nous nous devons de conclure notre étude en les observant non plus individuellement, mais en tant qu’« unité symbolique ».

Les 4 Vivants forment un tout, le « Tétramorphe ». Puissance régulatrice de production de la parole (lion), Désir du Père (taureau), Puissance de discrimination par l’intelligence contemplative (aigle) et Puissance d’exégèse et d’action de grâce (face d’homme).

Le Christ ressuscité est entouré de ces 4 symboles car ils montrent la puissance du Verbe incarné, vrai Homme et vrai Dieu. En tant qu’homme, Il nous montre l’homme pleinement réalisé dans sa relation à Dieu. Et en tant que Dieu, le principe de création et puissance de révélation. Nous n’oublions pas que dans l’Écriture Sainte, les animaux symbolisent toujours des aspects de la vie psychique de l’homme, et nous ajoutons ici que nous les voyons ailés, soulignant le côté spirituel.

Dans le mythe d’Œdipe, la mythologie nous raconte que le héros résout une énigme posée par une « sphinge » (féminin de sphinx), chimère monstrueuse qui dévore tous ceux qui ne donnent pas la bonne réponse. Et cette sphinge est précisément « composée » d’un corps de lion, des ailes d’aigle, et d’un buste et d’un visage de femme. Il manque le taureau, n’est-ce pas, et les autres sont en morceaux. Y aurait-il là quelque mystère à éclaircir ?

Enfin, chez Ezéchiel, les 4 Vivants forment comme un char de la divinité (Ez 1), et Saint Jean les décrit (Ap, 4, 7) appelant les 4 chevaux de l’Apocalypse (Ap 6, 1-8), voilà qui nous donne un indice sur le prochain animal que nous étudierons.

Eric PORTAL, animateur du groupe d’étude biblique de la paroisse.

Pour en savoir plus rendez-vous les deuxièmes jeudis du mois à 19h au presbytère.

Dans la même rubrique

Derniers articles

  • Pèlerinage paroissial à Thierenbach le 8 juin 2024
    Chers paroissiens, Le 8 juin prochain nous vivrons ensemble une journée de pèlerinage à Notre Dame de Thierenbach. Péleriner, c’est l’œuvre de notre vie : cheminer ensemble à la suite du Christ. Avec toute l’équipe d’animation pastorale nous souhaitons véritablement que cette journée soit à […]
  • Action solidaire au Jardin Miquey : une « journée estime de soi »!
    Le samedi 11 mai dernier, de 10H30 à 16H30, une « journée estime de soi » était organisée au jardin Miquey, par l’association Jardin Miquey ! Une trentaine de personnes en situation difficile a bénéficié d’un moment privilégié pour prendre soin d’elles-mêmes, grâce notamment à une équipe […]
  • Donne-nous ton Esprit-Saint !
    Le samedi 18 mai, veille de la Pentecôte, demandons l’Esprit Saint !à l’occasion de la veillée de prière au Sacré-Cœur de 20h à 22h. Chers paroissiens, Parmi toutes les fêtes chrétiennes, certaines sont davantage des fêtes, et la liturgie aime à surenchérir pour témoigner de cette […]
  • Journées du Sacré-Cœur
    Les journées du Sacré-Cœur accueillent les enfants du CP au CM2 du 1er au 5 juillet au parc Miquey. Au programme : bricolage, jeux, sport, prière… a la découverte des traditions alsaciennes.
  • Propositions d’été pour la jeunesse
Lire la Suite →
Exemple

Dans la bible, les animaux sont très fortement présents, dès le serpent de la Genèse. Et comme toutes les images que l’Écriture contient, ils sont à interpréter symboliquement. Ainsi, les animaux nous montrent des capacités psychiques de l’homme. Aujourd’hui nous parlons de l’aigle.

En plus de sa grande beauté, l’aigle vole en planant très haut, toujours d’une façon majestueuse. Sa vue perçante lui permet de distinguer une souris à 1500m de hauteur. Voler si haut lui permet de voir d’un seul coup d’œil ce qu’un vol plus bas obligerait à voir partie par partie. Il voit donc l’« ensemble du paysage ». Et ses serres puissantes, saisissent avec précision et force ses proies.

C’est pourquoi l’aigle, si souvent cité dans l’Écriture (31 fois) désigne l’intelligence contemplative, « angélique », à laquelle nous pouvons participer par une élévation de notre regard, de notre écoute, à l’accueil de l’inspiration qui peut survenir à chaque instant, dans notre sommeil sous forme de songe, ou par vision dans la prière profonde de l’hésychasme, et qui nous permettent alors de saisir, de comprendre, les réalités spirituelles profondes, et leur beauté. 

Ce n’est donc pas pour rien que l’évangéliste Saint Jean, dont l’enseignement nous amène à ces hauteurs, est apparenté à l’Aigle, parmi les quatre Vivants (Saint Marc le lion, Saint Matthieu la face d’homme, et Saint Luc le taureau).

L’aigle

Eric PORTAL, animateur du groupe d’étude biblique de la paroisse.

Pour en savoir plus rendez-vous les deuxièmes jeudis du mois à 19h au presbytère.


Derniers articles

  • Pèlerinage paroissial à Thierenbach le 8 juin 2024
    Chers paroissiens, Le 8 juin prochain nous vivrons ensemble une journée de pèlerinage à Notre Dame de Thierenbach. Péleriner, c’est l’œuvre de notre vie : cheminer ensemble à la suite du Christ. Avec toute l’équipe d’animation pastorale nous souhaitons véritablement que cette journée soit à […]
  • Action solidaire au Jardin Miquey : une « journée estime de soi »!
    Le samedi 11 mai dernier, de 10H30 à 16H30, une « journée estime de soi » était organisée au jardin Miquey, par l’association Jardin Miquey ! Une trentaine de personnes en situation difficile a bénéficié d’un moment privilégié pour prendre soin d’elles-mêmes, grâce notamment à une équipe […]
  • Donne-nous ton Esprit-Saint !
    Le samedi 18 mai, veille de la Pentecôte, demandons l’Esprit Saint !à l’occasion de la veillée de prière au Sacré-Cœur de 20h à 22h. Chers paroissiens, Parmi toutes les fêtes chrétiennes, certaines sont davantage des fêtes, et la liturgie aime à surenchérir pour témoigner de cette […]
  • Journées du Sacré-Cœur
    Les journées du Sacré-Cœur accueillent les enfants du CP au CM2 du 1er au 5 juillet au parc Miquey. Au programme : bricolage, jeux, sport, prière… a la découverte des traditions alsaciennes.
  • Propositions d’été pour la jeunesse
Lire la Suite →
Exemple

Jusqu’ici, nous avons parlé d’animaux, et nous continuerons. Mais l’aigle, le lion et le taureau, comme nous l’avons observé sont parmi les 4 Vivants, qui, comme les évangélistes, entourent le Christ ressuscité. Nous finissons la série, en parlant de « la face d’homme ».

La face d’homme condense en elle toute notre identité et notre rapport au monde et aux autres, grâce aux cinq sens et à nos états d’âme qui s’y lisent aisément. Elle nous permet de communiquer, elle montre notre race, notre âge, notre humeur, notre rapport social. Elle est « pour l’autre » et nous ne voyons pas notre propre face, qui se tourne vers l’autre, vers notre altérité. De plus, elle condense en elle-même les trois autres vivants, l’aigle par les yeux, le lion par la gorge et la voix, et le taureau, car c’est par la face que le désir s’exprime.

Quelle est notre réelle altérité ? À quoi peut faire face la Face humaine, sinon au Dieu Créateur de toutes choses ? Et pourquoi faire sinon pour lui rendre grâce, par la Parole humaine qui fait connaître l’acte de reconnaissance. Action de grâce donc, mais exégèse aussi, car la face montre l’intérieur à l’extérieur. La Face humaine symbolise donc la puissance d’exégèse du Verbe et son action de grâce.

Nous comprenons que Le Christ, le Verbe incarné, s’est incarné pour ouvrir notre intelligence à la compréhension de la Vérité révélée (Luc 24, 45), nous a ouvert la voie de l’action de grâce parfaite (1 Co 11, 23-14).
L’évangéliste Saint Mathieu, est apparenté à la face d’homme.

La face d’homme

Eric PORTAL, animateur du groupe d’étude biblique de la paroisse.

Pour en savoir plus rendez-vous les deuxièmes jeudis du mois à 19h au presbytère.


Derniers articles

  • Pèlerinage paroissial à Thierenbach le 8 juin 2024
    Chers paroissiens, Le 8 juin prochain nous vivrons ensemble une journée de pèlerinage à Notre Dame de Thierenbach. Péleriner, c’est l’œuvre de notre vie : cheminer ensemble à la suite du Christ. Avec toute l’équipe d’animation pastorale nous souhaitons véritablement que cette journée soit à […]
  • Action solidaire au Jardin Miquey : une « journée estime de soi »!
    Le samedi 11 mai dernier, de 10H30 à 16H30, une « journée estime de soi » était organisée au jardin Miquey, par l’association Jardin Miquey ! Une trentaine de personnes en situation difficile a bénéficié d’un moment privilégié pour prendre soin d’elles-mêmes, grâce notamment à une équipe […]
  • Donne-nous ton Esprit-Saint !
    Le samedi 18 mai, veille de la Pentecôte, demandons l’Esprit Saint !à l’occasion de la veillée de prière au Sacré-Cœur de 20h à 22h. Chers paroissiens, Parmi toutes les fêtes chrétiennes, certaines sont davantage des fêtes, et la liturgie aime à surenchérir pour témoigner de cette […]
  • Journées du Sacré-Cœur
    Les journées du Sacré-Cœur accueillent les enfants du CP au CM2 du 1er au 5 juillet au parc Miquey. Au programme : bricolage, jeux, sport, prière… a la découverte des traditions alsaciennes.
  • Propositions d’été pour la jeunesse
Lire la Suite →
Exemple

Dans la bible, les animaux sont très fortement présents dès le serpent de la Genèse. Et comme toutes les images que l’Écriture contient, ils sont à interpréter symboliquement. Ainsi, les animaux nous montrent des capacités psychiques de l’homme. Aujourd’hui nous parlons du taureau.

Le taureau nous montre une violence sans discernement, ses cornes déchirent, éventrent, transpercent, et sa puissance d’insémination est sans limite. Châtré, le bœuf sert encore à inséminer… la terre, en tirant la charrue. Image de l’animalité pure et de la puissance non maîtrisée, il est à sacrifier, comme dans ce rituel pré-chrétien de la corrida, où l’homme apprend à dominer et transcender sa propre animalité, ou sur l’autel du temple de Jérusalem.

L’Aleph, 1ère lettre de l’alphabet hébreu et dont le hiéroglyphe antique est un taureau, nous montre le principe de création. Le taureau désigne le désir primordial de l’homme, antérieur à tous les autres, le désir de Dieu. Et il doit être châtré, pour qu’il n’engendre pas d’autres désirs qui nous en détourneraient. Il reste fécond pour inséminer notre Nature Humaine et servir sa transformation et sa réalisation.

Nous comprenons pourquoi un Taureau entoure le Christ, qui est le Fils et par Lui seul nous voyons le Père (Jn 14:9). Le Christ est le principe même de la création (Jn 1:3, Co 1:16), Il est pleinement le désir du Père, manifesté au Jourdain : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en Lui, je me suis désiré » (Matthieu 3:17)
L’évangéliste Saint Luc, est apparenté au Taureau.

Le taureau

Eric PORTAL, animateur du groupe d’étude biblique de la paroisse.

Pour en savoir plus rendez-vous les deuxièmes jeudis du mois à 19h au presbytère.

Lire la Suite →
Exemple

Le lion, don de la Création

Dans la bible, les animaux sont très fortement présents dès le serpent de la Genèse. Et comme toutes les images que l’Écriture contient, ils sont à interpréter symboliquement. Ainsi, les animaux nous montrent des capacités psychiques de l’homme. Aujourd’hui nous parlons du lion.

Lent et noble, le « roi des animaux » montre une puissance calme, qui peut devenir imposante voire « dévorante ». Son rugissement résonne et terrifie sa proie à des lieues de distance. La loi du lion n’est pas discutée sous peine d’une punition définitive et mortelle. Il est celui qui régule les autres animaux, et ce qu’il symbolise doit donc réguler nos instances psychiques. (Régulus n’est-elle pas la principale étoile de la constellation du lion ?)

Le lion désigne la puissance de régulation de la raison dans les actes et l’assimilation des formes du monde. Mais cette assimilation doit être un éveil, une occasion de perfectionnement, et non une dévoration. L’oubli de Dieu transforme l’usage raisonné du monde en son exploitation insensée, la raison devient dévorante et tyrannique. Jésus est le « Lion de Juda » (Ap-5:5), mais le diable est un « lion rugissant, cherchant à dévorer » (1P-5:8)

Nous comprenons pourquoi dans le tétramorphe, les Quatre Vivants, un lion entoure le Christ. Il nous montre comment par la raison et l’intelligence, qui amènent à l’amour, Jésus nous enseigne à écouter, accueillir, et réguler. L’évangéliste Saint Marc, disciple de Simon-Pierre le chef des apôtres, est apparenté au Lion.

Le lion « roi des animaux »

Eric PORTAL, animateur du groupe d’étude biblique de la paroisse.

Pour en savoir plus rendez-vous les deuxièmes jeudis du mois à 19h au presbytère.

Lire la Suite →
Exemple

Le cerf, don de la Création

photo : Détail de l’autel de la chapelle du Sacré-Cœur, œuvre du céramiste Maurice Dhomme (†1975)

En pénétrant dans la chapelle du Sacré-Cœur et en vous approchant du tabernacle, vous pourrez admirer le travail d’orfèvre qui orne sa porte : deux cerfs y sont représentés, venus s’abreuver au pied de la Croix glorieuse, elle-même surplomblée d’un verset tiré du psaume 41… ces mots sont en quelque sorte la prière du cerf, notre prière, lorsque nous venons communier au Corps du Christ :

Comme un cerf altéré cherche l’eau vive,
ainsi mon âme te cherche toi, mon Dieu.

Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant ;
quand pourrai-je m’avancer, paraître face à Dieu ?
Je n’ai d’autre pain que mes larmes, le jour, la nuit,
moi qui chaque jour entends dire : « Où est-il ton Dieu ? »

— Ps 41, 2-4

… La prière du cerf, c’est avant tout ce joyeux élan vers Dieu. Une force intérieure qui nous pousse à aller de l’avant, une force vive qui redonne du courage à celui qui en manque. La prière du cerf ce fie à la parole de Dieu qui le fait tenir contre toute attente, car elle est sa nourriture et sa force. C’est aussi une supplication enracinée dans un grand désir. La prière du cerf est une prière qui a soif, qui désire Dieu, d’un désir profond, puissant, que rien ne peut étancher sinon Dieu lui-même…

d’après Anne Lecu, Et vous les arbres et les animaux, bénissez le Seigneur

Lire la Suite →
Exemple

Le chêne, don de la Création

illustration : Abraham recevant la visite de trois voyageurs, sous le chêne de Mambré… (mosaïque visible à la basilique Saint-Vital de Ravenne, VIème s.)

Robuste, fort, à l’ombre hospitalière, le chêne est considéré comme le roi des arbres. C’est d’ailleurs sous un chêne que le roi saint Louis rendait la justice, à Vincennes. 

Abraham eut sans doute une affection particulière pour cet arbre : c’est sous le chêne de Moré, à Sichem, que Dieu lui apparait lorsqu’il quitte son pays (Gn 12,6); c’est encore sous un chêne, à Mambré, que Dieu lui apparaît de nouveau, cette fois-ci sous la forme de trois voyageurs, pour lui annoncer une descendance (Gn 18,1-2). 

Harmonieux, haut et large, le chêne nous invite à vivre déployés, accueillants, hospitaliers. La force de son bois et la beauté de ses veines, appréciés par les menuisiers et sculpteurs, dégagent une chaleur familière propice à nos habitations. Le chêne est aussi l’arbre qui dure dans le temps et voit les générations passer : à son ombre, nous pouvons prendre du recul, peut-être même de la hauteur…

Alors, la prochaine fois qu’au détour d’une balade, nous croisons un specimen de cette belle espèce, formulons une prière, remercions Dieu pour cet arbre de l’alliance et de la sagesse, à l’ombre duquel, jadis, des visiteurs annoncèrent à Abraham qu’il serait père d’une multitude !

Texte inspiré du livre d’Anne Lecu, Et vous les arbres et les animaux, bénissez le Seigneur

Saint François d’Assise prêchant aux oiseaux près d’un chêne (Giotto, XIIIe s.).
Lire la Suite →