décembre 2021

archive

Accueil décembre 2021

Exemple

Cycle biblique, de janvier à juin 2022

Comprendre et s’émerveiller : les fêtes.

La Communauté de Paroisses vous propose un parcours biblique sur le thème suivant :

Savons-nous faire la fête ? Savons-nous ce qu’est une fête et pourquoi toutes les sociétés en organisent ? Découvrons pourquoi les fêtes religieuses sont le cœur de la religion et quel est leur sens.

Ce parcours original, animé par Éric et Céline Portal, vous propose de découvrir l’origine et la profondeur des fêtes chrétiennes, pour mieux comprendre et en savourer la beauté, notamment à travers l’écoute d’une série d’émissions de Jean-François Froger, chercheur en anthropologie biblique et exégète. Chaque émission sera suivie d’un temps de partage et d’approfondissement.

Quand : Le 2ème jeudi de chaque mois, de 19h à 21h.

Dates : 13/01/2022, 10/02/2022, 10/03/2022, 14/04/2022, 12/05/2022, 09/06/2022

: au presbytère Saint-Etienne, 10 rue Magenta, 68100 Mulhouse.

Plus d’information au 06 11 47 96 59.


Derniers articles

Lire la Suite →
Exemple

L’adoration des mages, une quête de l’essentiel

« Adorer, c’est rencontrer Jésus, sans une liste de demandes, mais avec l’unique demande de demeurer avec lui. C’est découvrir que la joie et la paix grandissent avec la louange et l’action de grâce. (…)

Adorer, c’est aller à l’essentiel : c’est la voie pour nous désintoxiquer de nombreuses choses inutiles, des dépendances qui anesthésient le cœur et engourdissent l’esprit. En adorant, en effet, nous apprenons à refuser ce qu’il ne faut pas adorer : le dieu argent, le dieu consommation, le dieu plaisir, le dieu succès, notre moi érigé en dieu.

Adorer, c’est se faire petit en présence du Très Haut, pour découvrir devant Lui que la grandeur de la vie ne consiste pas dans l’avoir, mais dans le fait d’aimer.

Adorer, c’est nous redécouvrir frères et sœurs devant le mystère de l’amour qui surmonte toute distance : c’est puiser le bien à la source, c’est trouver dans le Dieu proche le courage d’approcher les autres.

Adorer, c’est savoir se taire devant le Verbe divin, pour apprendre à dire des paroles qui ne blessent pas, mais qui consolent. »

Extrait d’une homélie du Pape François,
lors de la solennité de l’épiphanie, le 6 janvier 2020.
Adoration des mages par Jacques de Landshut,
sur le portail Saint Laurent de la Cathédrale de Strasbourg.

Lire la Suite →
Exemple

4ème balade du Curé : le 9 janvier 2022

Lors de cette 4ème édition des « balades du curés », nous poursuivrons notre exploration des chemins de la forêt du Buchwald, à la découverte d’autres plantes…

RDV le dimanche 9 janvier à 14h30 devant le restaurant “Le Buchwald” situé au 34 rue de Zimmersheim à Rixheim.

Pour prévenir de votre présence ou pour toute question : balade@portesdemulhouse.fr

Les photos de la dernière balade…

Lire la Suite →
Exemple

Chers paroissiens,

Quelques jours après Noël, la fête patronale de la paroisse Saint-Etienne nous donne de contempler la sainteté du premier diacre de l’Église, mort martyr en témoignant de sa foi au Christ – le récit nous est rapporté au chapitre 6 du livre des Actes des Apôtres.

Quel enseignement pouvons-nous tirer de la vie de ce saint des premiers temps ? Sa fin peut nous sembler tragique, voire même difficile à comprendre… Cependant, elle révèle la profonde liberté d’Etienne.

En effet, rien n’a pu empêcher Etienne de suivre les désirs profonds de son cœur, rien n’a pu l’empêcher de vivre sa foi, et finalement de vivre pleinement. Pas même la mort du corps. Etienne s’est montré profondément vivant, jusque dans sa mort, en souhaitant jusqu’au bout préserver le sens de son existence.

Son martyre nous enseigne que le sens de la vie a bien plus d’importance que la vie biologique elle-même. Le contraire peut même être mortel pour l’âme : vouloir préserver à tout prix la vie biologique peut conduire à oublier le sens profond de la vie, à cesser de vivre en vérité, et finalement, à renoncer à la vie véritable.

Ainsi, par peur de la mort, nous pouvons aller jusqu’à sacrifier la vie elle-même, dont l’essence profonde n’est pas d’abord d’être matérielle, mais se manifeste dans la fraternité, les liens familiaux, les amitiés… dans nos relations vécues en charité.

Merci Saint Etienne pour ton témoignage.

Merci de nous rappeler les priorités.

Fraternellement,

don Pascal Boulic
curé des paroisses Saint-Etienne et Sacré-Coeur de Mulhouse

Lire la Suite →
Exemple

Nativité et solstice d’hiver…

Chers amis,

En ces jours ou la trajectoire du soleil dans le ciel est la plus courte de l’année, où le thermomètre affiche des scores au plus bas et le froid semble se faire plus tenace en nos corps, en ces jours donc où les « ténèbres » se font plus présentes, nous nous apprêtons à fêter l’anniversaire de la venue de notre Dieu sur Terre.

C’est bien ce moment du solstice d’hiver que Dieu a choisi pour venir dans notre monde, en la personne de Jésus, Sauveur : alors même que les ténèbres se font plus présentes à l’extérieur, Dieu nous rejoint sur la Terre, là où nous sommes ;
il se fait l’un de nous : c’est le grand mystère de l’Incarnation, contemplé à la crèche, dans l’enfant Jésus, vrai Dieu et vrai homme.

Si les ténèbres peuvent parfois s’étendre jusqu’à gagner nos cœurs, sous la forme de la peur, de l’angoisse ou de l’incertitude, le mystère de Noël nous invite cependant à goûter une lumière plus profonde, à l’intérieur même de nos cœurs, une lumière jaillie il y a deux mille ans et discrètement présente à la crèche. Nous sommes pour ainsi dire appelés à descendre dans la crèche de notre cœur, à quitter les apparences extérieures et leurs lots de ténèbres, pour recevoir en notre âme la Paix donnée par le Créateur de toutes choses, fait petit enfant.

Puissions-nous, chers amis, prendre particulièrement soin de nos âmes en ces jours de Noël. Quittons la surface des écrans, le brouhaha des anxiétés médiatiques, le rythme parfois effréné de nos existences, goûtons devant la crèche les richesses de la vie intérieure.

Fraternellement,

don Pascal Boulic,

curé des paroisses Saint-Etienne et Sacré-Coeur de Mulhouse

NB. A la sortie des messes de Noël, la société Saint-Vincent-de-Paul quêtera. Merci d’avance pour votre générosité.

Lire la Suite →
Exemple

Le merveilleux signe de la crèche !

Chers paroissiens,

En décembre 2019, le Pape François a publié une lettre apostolique sur la signification et la valeur de la crèche, «Admirabile signum». Je voudrais vous en partager un extrait.

« Le merveilleux signe de la crèche, si chère au peuple chrétien, suscite toujours stupeur et émerveillement. Représenter l’événement de la naissance de Jésus, équivaut à annoncer le mystère de l’Incarnation du Fils de Dieu avec simplicité et joie. La crèche, en effet, est comme un Évangile vivant, qui découle des pages de la Sainte Écriture. En contemplant la scène de Noël, nous sommes invités à nous mettre spirituellement en chemin, attirés par l’humilité de Celui qui s’est fait homme pour rencontrer chaque homme. Et, nous découvrons qu’Il nous aime jusqu’au point de s’unir à nous, pour que nous aussi nous puissions nous unir à Lui.

Par cette lettre je voudrais soutenir la belle tradition de nos familles qui, dans les jours qui précèdent Noël, préparent la crèche. Tout comme la coutume de l’installer sur les lieux de travail, dans les écoles, les hôpitaux, les prisons, sur les places publiques… C’est vraiment un exercice d’imagination créative, qui utilise les matériaux les plus variés pour créer de petits chefs-d’œuvre de beauté. On l’apprend dès notre enfance : quand papa et maman, ensemble avec les grands-parents, transmettent cette habitude joyeuse qui possède en soi une riche spiritualité populaire. Je souhaite que cette pratique ne se perde pas ; mais au contraire, j’espère que là où elle est tombée en désuétude, elle puisse être redécouverte et revitalisée ».

Alors il nous reste un peu de temps, si nous ne l’avons pas déjà fait, pour bâtir dans nos maisons ou nos lieux de vie une merveilleuse crèche qui puisse rendre vivante au milieu de nous ce grand mystère de l’Incarnation que nous allons fêter dans quelques jours.

Fraternellement,

Don Pascal Boulic 

Curé des paroisses Saint-Étienne et Sacré-Cœur de Mulhouse

Lire la Suite →
Exemple

A l’occasion la nouvelle traduction du missel*, nous vous avons proposé un cycle de conférences tout au long de l’Avent, pour nous aider à renouveler notre manière d’entrée dans le mystère chrétien.

Réécoutez ici les 3 conférences.

*Plus d’information sur le site https://liturgie.catholique.fr/

1ère conférence – Introduction : Le mystère de la liturgie – le samedi 27/11 à 9h30

Réécouter l’enregistrement de la 1ère conférence

2ème conférence – Les lieux de la liturgie eucharistique – le samedi 4/12 à 9h30

Réécouter l’enregistrement de la 2ème conférence

3ème conférence – Les signes de la liturgie eucharistique – le samedi 11/12 à 9h30

Lire la Suite →
Exemple

Faire le choix de Noël !

Chers paroissiens,

A quelques jours de Noël, il se peut que nous soyons affectés par le climat d’inquiétude qui traverse notre pays, particulièrement présent dans l’information quotidienne. Il se peut que cette anxiété atteigne notre vie familiale, professionnelle, sociale, il se peut que cette anxiété vienne troubler notre cœur, allant jusqu’à ébranler notre équilibre intérieur.

Dans un tel contexte, je désire rappeler avec force le primat de l’espérance chrétienne : notre grand Dieu s’est fait homme pour être proche de nous et nous donner d’être proche de Lui ; il s’est fait homme, dans la simplicité d’une crèche, pour nous permettre d’entrer en relation avec Lui, de façon toute simple.

Or, c’est aussi par la simplicité de nos relations que nous trouvons Dieu. C’est pour cela que nous avons un besoin fondamental d’être en relation ; sans quoi nous ne pouvons pas vivre, sans quoi nous peinons à trouver Dieu… car c’est dans nos relations, entretenues à la lumière de la simplicité évangélique, que Dieu se révèle à nous-même. C’est dans nos relations que nous trouvons Dieu lui-même – Jésus lui-même l’enseigne lorsqu’il affirme cette vérité de foi : « Tout ce que vous faites à l’un de ces petits c’est à moi que vous le faites ».

Mais quand nos relations s’appauvrissent, quand sévit le fléau de la solitude, alors nous ressentons un grand vide intérieur et Dieu semble s’être éloigné de nous.

N’avons-nous pas, en particulier en ces jours de préparation à Noël, un besoin essentiel d’aimer et d’être aimés ?

N’avons-nous pas un besoin essentiel de prendre le temps de la relation avec nos amis, notre famille et ceux qui comptent pour nous ? Ne serait-ce pas vital de faire vivre les liens qui nous unissent et par lesquels Dieu se donne ?

N’est-ce pas là un grand enseignement de la crèche ?

N’est-ce pas cela, faire le choix de Noël ?

Fraternellement,

don Pascal Boulic, curé de la paroisse

Lire la Suite →
Exemple

Le mercredi 8 décembre prochain, une messe entièrement à la bougie sera célébrée à 18h30 à Saint-Etienne, pour honorer Notre-Dame.

Pourquoi une fête de la lumière le 8 décembre ? Un peu d’histoire…

En 1643, alors que la France était menacée par de nombreuses épidémies, les échevins Lyonnais firent un voeu : monter en pèlerinage à Fourvière tous les ans pour demander la protection de la Vierge Marie. Ils firent tant et si bien que la peste qui sévissait alors n’atteignit jamais la ville.

En 1852, 200 ans plus tard, les lyonnais souhaitèrent offrir à la basilique de Fourvière une statue de la Vierge Marie. L’inauguration, initialement prévue le 8 septembre 1852, dut être reportée au 8 décembre, à cause d’une crue de la Saône inondant l’atelier du sculpteur. Mais le jour venu, des pluies torrentielles s’abattirent sur la ville, empêchant la cérémonie d’avoir lieu… Soudainement, le ciel s’éclaircit et les habitants de Lyon décidèrent d’allumer des bougies à chaque fenêtre. Toutes ces lumières firent rayonner la ville en un instant ! Les lyonnais sortirent alors dans les rues pour célébrer ce moment unique, chantant et criant « VIVE MARIE ! »

Merci Marie !

C’est ainsi que le 8 décembre, grande solennité consacrée à Marie Immaculée, est devenu une grande fête des lumières, qui est aujourd’hui encore une grande fête populaire durant laquelle les lyonnais font mémoire de ce jour de 1852, en illuminant la ville et allumant des centaines de bougies à leurs fenêtres.

Que signifie le « dogme de l’Immaculée Conception » ?

Un dogme est une vérité de foi solennellement proclamée par le Pape pour être accueillie par l’Église, ceci comme pour reconnaître une part essentielle de la foi des fidèles, après un travail d’exploration et de recherche de la vérité révélée par Dieu. Ainsi, le 8 décembre 1854, le pape déclarait le grand dogme de l’Immaculée Conception :

“Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout puissant, en vue des mérites de Jésus Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles”.

Pape Pie XI, Bulle Ineffabilis Deus

Sur le site de l’Eglise catholique, on peut lire cet éclairage :

« Pour accueillir le Fils de Dieu, Marie ne pouvait avoir en son coeur aucune trace d’hésitation ou de refus. Dieu avait besoin que le don de son amour rencontre une foi parfaitement pure, une âme sans péché. Seule la grâce (le don gratuit de Dieu) pouvait ainsi la préparer, et elle en est comblée (Évangile selon saint Luc, chapitre 1). Comme un fruit anticipé du pardon offert par Jésus sur la croix, Marie est immaculée, pure de tout péché, et préservée de cette séparation d’avec Dieu qui marque l’homme dès le début de son existence, le péché originel. » lire la suite sur le site.

Puissions-nous invoquer Marie comme une mère dans nos prières, avec confiance et fidélité !

Lire la Suite →
Exemple

S’émerveiller devant la crèche

Chers paroissiens,

Sommes-nous toujours émerveillés devant la crèche, comme les enfants le sont ? Oui, sans doute, nous le sommes ! Peut-être, tout d’abord, parce que la crèche réveille en nous une foule de souvenirs d’enfance… La crèche, c’est un peu comme un carrefour familier au milieu du village, un point de repère heureux dans notre calendrier. Et puis, installer la crèche, n’est-ce pas entrer dans l’ambiance de Noël, fait d’attente, de patience et de contemplation ? Voilà bien une habitude joyeuse. Rien que ce petit travail qui consiste à ressortir les santons, puis à les installer pour en faire une communauté de prière, rien que ce travail est un bien pour l’âme. Cela nous sort de l’accélération du quotidien. Et alors, nous prenons le temps de nous arrêter. Nous prenons le temps de contempler. Nous prenons ce temps indispensable pour la préparation des cœurs. 

C’est bien cela, le secret de la crèche : elle n’est là que pour nous faire entrer dans la contemplation d’un événement inouï. Cet événement, nous l’appelons l’Incarnation : Dieu, notre grand Dieu, qui a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, Dieu s’est fait homme. Il est venu en notre chair, tout proche, tout près de nous, semblable à nous. 

À ce sujet, il y a deux ans, le Pape François nous écrivait ceci : 

« En contemplant cette scène de Noël, nous sommes invités à nous mettre spirituellement en chemin, attirés par l’humilité de Celui qui s’est fait homme pour rencontrer chaque homme. Et, nous découvrons qu’Il nous aime jusqu’au point de s’unir à nous, pour que nous aussi nous puissions nous unir à Lui. » 

Prenons ce temps d’installer la crèche et de nous y arrêter. Demandons à Jésus de venir au plus profond de notre âme, demandons-Lui de faire grandir en nous le désir de le connaître et de le suivre, dans toute notre vie.  

Fraternellement,

don Pascal Boulic, curé de la paroisse

Lire la Suite →