édito

archive

Accueil Category : édito

Exemple

Chers paroissiens,

Alors que le monde politique français s’interroge actuellement sur la pertinence d’une loi en faveur de l’euthanasie, je voudrais vous partager cet extrait de la déclaration « Dignitas infinita » (sur la dignité humaine) publiée le 7 avril 2024 par le préfet du Dicastère de la Doctrine de la Foi, qui nous éclaire sur la compréhension ajustée de la dignité humaine dans le contexte de la fin de vie.

Fraternellement don Pascal Boulic, curé

«Il existe un cas particulier d’atteinte à la dignité humaine, plus silencieux mais qui gagne beaucoup de terrain. Il a la particularité d’utiliser une conception erronée de la dignité humaine pour la retourner contre la vie elle-même. Cette confusion, très répandue aujourd’hui, apparaît au grand jour lorsque l’on parle d’euthanasie. Par exemple, les lois qui reconnaissent la possibilité de l’euthanasie ou du suicide assisté sont parfois appelées “lois sur le droit de mourir dans la dignité” (“death with dignity acts”). L’idée que l’euthanasie ou le suicide assisté sont compatibles avec le respect de la dignité de la personne humaine est largement répandue. Face à ce constat, il faut réaffirmer avec force que la souffrance ne fait pas perdre à la personne malade la dignité qui lui est propre de manière intrinsèque et inaliénable, mais qu’elle peut devenir une occasion de renforcer les liens d’appartenance mutuelle et de prendre conscience de la valeur de chaque personne pour l’ensemble de l’humanité.Il est certain que la dignité de la personne malade dans un état critique ou terminal exige de chacun les efforts appropriés et nécessaires pour soulager ses souffrances par des soins palliatifs appropriés et en évitant tout acharnement thérapeutique ou toute intervention disproportionnée. Ces soins répondent au « devoir constant de comprendre les besoins du malade : besoins d’assistance, soulagement de la douleur, besoins émotionnels, affectifs et spirituels ». Mais un tel effort est tout à fait différent, distinct, et même contraire à la décision d’éliminer sa propre vie ou la vie d’autrui sous le poids de la souffrance. La vie humaine, même dans sa condition douloureuse, est porteuse d’une dignité qui doit toujours être respectée, qui ne peut être perdue et dont le respect reste inconditionnel. En effet, il n’y a pas de conditions sans lesquelles la vie humaine cesse d’être digne et peut donc être supprimée : « la vie a la même dignité et la même valeur pour tous : le respect de la vie de l’autre est le même que celui que l’on doit à sa propre existence ». Aider la personne suicidaire à mettre fin à ses jours est donc une atteinte objective à la dignité de la personne qui le demande, même s’il s’agit de réaliser son souhait : « nous devons accompagner les personnes jusqu’à la mort, mais ne pas la provoquer ni favoriser aucune forme de suicide. Je rappelle que le droit aux soins et aux traitements pour tous doit toujours être prioritaire, afin que les plus faibles, notamment les personnes âgées et les malades, ne soient jamais écartés. En effet, la vie est un droit, non la mort, celle-ci doit être accueillie, non administrée. Et ce principe éthique concerne tout le monde, pas seulement les chrétiens ou les croyants ». Comme cela a déjà été dit, la dignité de chaque personne, même faible ou souffrante, implique la dignité de tous. »

Lire la Suite →
Exemple

Le retable de la Sainte Cène

Chères paroissiennes, chers paroissiens

Comme vous avez pu le constater depuis la Semaine Sainte, notre magnifique retable de la Sainte Cène a retrouvé tout son lustre d’antan.  Je vous encourage à vous en approcher au plus près afin de voir la splendeur du travail de Théodore KLEM et de vous recueillir devant ce tableau qui préfigure l’Eucharistie que nous célébrons depuis 2000 ans.

Je tiens surtout à vous remercier toutes et tous pour votre soutien et en particulier les nombreux donateurs qui ont contribué financièrement, de permettre à Stéphane Linder de mener à bien cette restauration.

Grâce à vous, nous continuerons à redonner une nouvelle vie aux belles œuvres d’art qui ornent notre église.  C’est ainsi que le Conseil de Fabrique a pris la décision de rénover l’imposant retable de la Vierge situé dans la Chapelle du Rosaire.

Vous trouverez ci-dessous en quelques images, un résumé des étapes de la restauration et vous pourrez ainsi en apprécier la qualité.

Merci à toutes et à tous !

Philippe Wespiser,

Président du Conseil de Fabrique Saint-Étienne.


  • Chemin de croix à travers les rues : une démarche populaire, culturelle et spirituelle
    A l’occasion du Vendredi Saint, une cinquantaine de bénévoles organisait pour la deuxième année consécutive un chemin de croix itinérant dans les rues de Mulhouse : une façon à la fois originale et populaire de s’inscrire dans la culture alsacienne […]
  • La dignité de la personne humaine jusque dans sa fin de vie
    Chers paroissiens, Alors que le monde politique français s’interroge actuellement sur la pertinence d’une loi en faveur de l’euthanasie, je voudrais vous partager cet extrait de la déclaration « Dignitas infinita » (sur la dignité humaine) publiée le 7 avril 2024 par le […]
  • Enseignement de la Religion à l’école publique
    Aux parents des écoliers, collégiens et lycéens : La chance d’un cours de religion dans les écoles, collèges et lycées d’Alsace. Madame, Monsieur, En Alsace un cours de religion est proposé dans l’emploi du temps des élèves. Ce cours ouvert […]
  • Le retable de la Sainte Cène
    Chères paroissiennes, chers paroissiens Comme vous avez pu le constater depuis la Semaine Sainte, notre magnifique retable de la Sainte Cène a retrouvé tout son lustre d’antan.  Je vous encourage à vous en approcher au plus près afin de voir la […]
  • Le temps de Pâques, le temps de la Joie !
    Chers paroissiens, Voici que s’ouvre devant nous le Temps Pascal, et force est de constater que nous sommes parfois plus inventifs pour vivre le Carême que le Temps de la Résurrection : le jeûne, l’aumône et la prière, laissent parfois […]
Lire la Suite →
Exemple

Le temps de Pâques, le temps de la Joie !

Chers paroissiens,

Voici que s’ouvre devant nous le Temps Pascal, et force est de constater que nous sommes parfois plus inventifs pour vivre le Carême que le Temps de la Résurrection : le jeûne, l’aumône et la prière, laissent parfois place aux seules indigestions de chocolats. Voici quelques petits conseils pour bien vivre ce temps béni de Pâques. 

Le Temps Pascal étant le temps de la résurrection, l’axe le plus important devra certainement être notre manière de vivre le jour consacré à la résurrection, à savoir le dimanche.  

« Voici le jour que fit le Seigneur, qu’il soit pour nous jour de fête et de joie ! » Ps117 

Sanctifier le dimanche ne se limite pas à la simple participation de la messe, mais doit s’étendre à toutes nos relations. Aussi pouvons-nous porter une attention particulière à la convivialité : inviter des amis ou de la famille à manger, prendre un temps de jeux, aller se promener en famille… les tables ouvertes et les balades du curé ont d’ailleurs pour but de nous aider à sanctifier de façon conviviale le dimanche.

« Le Seigneur de l’Univers préparera pour tous les peuples, sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux. » Is 25,6

Une image récurrente dans la Bible pour parler du ciel, est le banquet.  Soigner nos menus, prendre le temps de préparer le repas dominical est une manière très biblique, de fêter la résurrection et d’anticiper le ciel. Toutes les grandes fêtes de notre vie humaine sont honorées d’un banquet ; la grande fête de la semaine doit être honorée d’un repas soigné : menu, décoration…

« Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie » Lc15, 22
Enfin, la façon peut-être la plus typique de marquer le dimanche, et pourtant la plus abandonnée est dans le soin porté à notre tenue vestimentaire.  « S’endimancher » disait-on autrefois, littéralement « se revêtir du dimanche », St Paul disait « revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ » Rm13,14. S’il est certain que ce qui compte par-dessus tout, est l’état de notre cœur, il n’en est pas moins vrai que notre tenue vestimentaire traduit généralement l’importance que l’on donne à un événement : personne ne viendrait à son mariage en maillot de bain ou en tenue de foot. Qu’en est-il de notre rencontre communautaire avec Jésus ressuscité ?

Chers paroissiens, je souhaite que ce temps, soit pour tous un temps de fête et de convivialité. Que l’on puisse lire sur nos visages et sur nos tenues, la joie de fêter Jésus ressuscité.

Bon Temps Pascal à tous !

don Armand d’Harcourt, vicaire


  • Chemin de croix à travers les rues : une démarche populaire, culturelle et spirituelle
    A l’occasion du Vendredi Saint, une cinquantaine de bénévoles organisait pour la deuxième année consécutive un chemin de croix itinérant dans les rues de Mulhouse : une façon à la fois originale et populaire de s’inscrire dans la culture alsacienne […]
  • La dignité de la personne humaine jusque dans sa fin de vie
    Chers paroissiens, Alors que le monde politique français s’interroge actuellement sur la pertinence d’une loi en faveur de l’euthanasie, je voudrais vous partager cet extrait de la déclaration « Dignitas infinita » (sur la dignité humaine) publiée le 7 avril 2024 par le […]
  • Enseignement de la Religion à l’école publique
    Aux parents des écoliers, collégiens et lycéens : La chance d’un cours de religion dans les écoles, collèges et lycées d’Alsace. Madame, Monsieur, En Alsace un cours de religion est proposé dans l’emploi du temps des élèves. Ce cours ouvert […]
  • Le retable de la Sainte Cène
    Chères paroissiennes, chers paroissiens Comme vous avez pu le constater depuis la Semaine Sainte, notre magnifique retable de la Sainte Cène a retrouvé tout son lustre d’antan.  Je vous encourage à vous en approcher au plus près afin de voir la […]
  • Le temps de Pâques, le temps de la Joie !
    Chers paroissiens, Voici que s’ouvre devant nous le Temps Pascal, et force est de constater que nous sommes parfois plus inventifs pour vivre le Carême que le Temps de la Résurrection : le jeûne, l’aumône et la prière, laissent parfois […]
Lire la Suite →
Exemple

Le temps de Pâques, le temps des bénédictions !

Chers paroissiens,

Dans de nombreux pays, la coutume de faire bénir sa famille et sa maison, une fois l’an, par un prêtre et pendant le temps pascal, est une tradition bien vivante. Par la bénédiction, nous demandons à Dieu de répandre sa grâce, son amour, sa paix et sa protection sur chacun de nous, sur nos lieux d’habitations, nos lieux et nos outils de travail, nos voitures, nos animaux… Bref, tout ce qui fait partie de notre vie.

Le Seigneur nous rejoint dans toutes ces réalités très concrètes de notre vie… Pas seulement dans nos églises. Pour cette raison, tout ce qui compose notre vie, dans la mesure où cela est ordonné à Dieu, peut être béni ! Et oui, la grâce de Dieu peut passer par nos maisons, nos jardins, nos champs, nos outils de travail, nos plantes, nos animaux, etc. Autant de médiations par lesquelles nous pouvons rencontrer le Christ ! Ainsi, nous faisons mémoire de sa Résurrection, non pas au sens d’un simple souvenir, mais en nous ouvrant à sa présence et en nous plaçant sous sa protection, nous et notre famille.

Jésus Lui-même aimait visiter les maisons, comme celle de Lazare, Marthe et Marie. À Zachée, il dit : « Aujourd’hui, il faut que j’aille demeurer dans ta maison. (…) Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison. » (Luc 19, 5.9). De plus, il a donné une consigne aux disciples qu’il envoyait en mission : « Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison’» (Luc 10, 5). À la suite du Christ, l’Église présente ainsi cette coutume pleine de signification :

« La bénédiction annuelle des familles, qui a lieu à leur domicile, se déroule ordinairement durant le temps pascal, ou à d’autres moments de l’année. Cette visite traditionnelle très appréciée par les fidèles, que les curés et leurs collaborateurs sont vivement invités à accomplir, constitue une occasion très précieuse pour ces derniers de rappeler aux familles chrétiennes la présence constante de la bénédiction de Dieu, et l’invitation à vivre en se conformant au message de l’Évangile; cette démarche a donc pour but d’exhorter les parents et les enfants à conserver et à développer le mystère de la famille en tant qu’“Église domestique”. » (Directoire sur la piété populaire et la liturgie, n°152).

Si vous n’avez pas encore fait bénir votre maison, nous serons très heureux de venir le faire chez vous. N’hésitez pas à inviter des voisins et des amis afin de les associer à la célébration. Ce peut être l’occasion de mieux se connaître et de partager un temps fraternel.

Contactez don Armand, don Vianney, don Joseph ou moi-même, pour fixer ensemble une date et un horaire, ou envoyez un mail au secrétariat : par.stetienne@gmail.com.

Fraternellement

Don Pascal Boulic, curé


  • Chemin de croix à travers les rues : une démarche populaire, culturelle et spirituelle
    A l’occasion du Vendredi Saint, une cinquantaine de bénévoles organisait pour la deuxième année consécutive un chemin de croix itinérant dans les rues de Mulhouse : une façon à la fois originale et populaire de s’inscrire dans la culture alsacienne […]
  • La dignité de la personne humaine jusque dans sa fin de vie
    Chers paroissiens, Alors que le monde politique français s’interroge actuellement sur la pertinence d’une loi en faveur de l’euthanasie, je voudrais vous partager cet extrait de la déclaration « Dignitas infinita » (sur la dignité humaine) publiée le 7 avril 2024 par le […]
  • Enseignement de la Religion à l’école publique
    Aux parents des écoliers, collégiens et lycéens : La chance d’un cours de religion dans les écoles, collèges et lycées d’Alsace. Madame, Monsieur, En Alsace un cours de religion est proposé dans l’emploi du temps des élèves. Ce cours ouvert […]
  • Le retable de la Sainte Cène
    Chères paroissiennes, chers paroissiens Comme vous avez pu le constater depuis la Semaine Sainte, notre magnifique retable de la Sainte Cène a retrouvé tout son lustre d’antan.  Je vous encourage à vous en approcher au plus près afin de voir la […]
  • Le temps de Pâques, le temps de la Joie !
    Chers paroissiens, Voici que s’ouvre devant nous le Temps Pascal, et force est de constater que nous sommes parfois plus inventifs pour vivre le Carême que le Temps de la Résurrection : le jeûne, l’aumône et la prière, laissent parfois […]
Lire la Suite →
Exemple

La Semaine Sainte

Chers paroissiens,

Nous voilà au lancement de la Semaine Sainte !

8 jours offerts par l’Église pour nous mettre résolument à la suite du Christ ; 8 jours pour suivre des yeux Jésus, depuis son entrée à Jérusalem jusqu’à sa mort et sa résurrection ; 8 jours à vivre comme une véritable retraite, où nous nous laisserons recréés intérieurement par la liturgie. 

Nous serons la foule, nous serons Pierre, et Marthe, et Marie, nous serons tous ces visages que le Christ a rencontrés pour offrir la grâce de son amour, le don de sa miséricorde. Pendant cette Grande Semaine, ouvrons grand les portes au Christ, « faisons nos pâques », pleins de reconnaissances pour la grâce qui vient. Sainte Semaine à tous !

Fraternellement

Don Pascal Boulic, curé



Horaires de la Semaine Sainte 2024

Dimanche 24 mars – Dimanche des Rameaux

  • 9h00 : messe grégorienne UNITAS avec bénédiction des Rameaux à Saint-Etienne
  • 10h30 : messe avec bénédiction des Rameaux à Saint-Etienne
  • 11h00 : messe avec bénédiction des Rameaux au Sacré Cœur

Mardi Saint – 26 mars

  • 18h30 : Messe Chrismale à la Cathédrale de Strasbourg célébrée par Mgr Philippe Ballot

Jeudi Saint – 28 mars

  • 20h00 : messe de la Cène du Seigneur à Saint-Etienne
  • 21h30 : Heure Sainte à Saint-Etienne

Vendredi Saint – 29 mars

  • 9h00 : office des Ténèbres à Saint-Etienne
  • 11h00 : Chemin de Croix œcuménique en ville
  • 15h00 : office de la Croix à Saint-Etienne
  • 20h00 : récital d’orgue à Saint-Etienne

Samedi Saint – 30 mars

  • 9h00 : office des Ténèbres
  • 10h00-12h00 : confessions à Saint-Etienne
  • 15h00-17h00 : confessions au Sacré Cœur
  • 21h00 : Vigile Pascale à Saint-Etienne

Dimanche de Pâques – 31 mars – La Résurrection du Seigneur

  • 9h00 : messe grégorienne UNITAS de Pâques à Saint-Etienne
  • 10h30 : messe de Pâques à Saint-Etienne
  • 11h00 : messe de Pâques au Sacré Cœur

Lundi dans l’octave de Pâques :

  • 10h30 : messe unique à Saint-Etienne


  • Chemin de croix à travers les rues : une démarche populaire, culturelle et spirituelle
    A l’occasion du Vendredi Saint, une cinquantaine de bénévoles organisait pour la deuxième année consécutive un chemin de croix itinérant dans les rues de Mulhouse : une façon à la fois originale et populaire de s’inscrire dans la culture alsacienne […]
  • La dignité de la personne humaine jusque dans sa fin de vie
    Chers paroissiens, Alors que le monde politique français s’interroge actuellement sur la pertinence d’une loi en faveur de l’euthanasie, je voudrais vous partager cet extrait de la déclaration « Dignitas infinita » (sur la dignité humaine) publiée le 7 avril 2024 par le […]
  • Enseignement de la Religion à l’école publique
    Aux parents des écoliers, collégiens et lycéens : La chance d’un cours de religion dans les écoles, collèges et lycées d’Alsace. Madame, Monsieur, En Alsace un cours de religion est proposé dans l’emploi du temps des élèves. Ce cours ouvert […]
  • Le retable de la Sainte Cène
    Chères paroissiennes, chers paroissiens Comme vous avez pu le constater depuis la Semaine Sainte, notre magnifique retable de la Sainte Cène a retrouvé tout son lustre d’antan.  Je vous encourage à vous en approcher au plus près afin de voir la […]
  • Le temps de Pâques, le temps de la Joie !
    Chers paroissiens, Voici que s’ouvre devant nous le Temps Pascal, et force est de constater que nous sommes parfois plus inventifs pour vivre le Carême que le Temps de la Résurrection : le jeûne, l’aumône et la prière, laissent parfois […]
Lire la Suite →
Exemple

Non à la guerre, prions pour la Paix !

Chers paroissiens,

Alors que les théâtres de guerre se multiplient sur notre planète et que des projets bellicistes politiques nous concernent de plus en plus, je voudrais vous partager ces paroles avisées du pape François, extraites de sa lettre encyclique Fratelli tutti. Dans ce propos, le Pape nous éclaire sur les prétendues justifications de la guerre et nous invite à avoir le courage de la paix. Que cette invitation à la paix nous dispose à la demander dans une prière fervente !

“Certaines situations extrêmes peuvent finir par se présenter comme des solutions dans des circonstances particulièrement dramatiques, sans qu’on se rende compte que ce sont de fausses réponses, qui ne résolvent pas les problèmes posés, et qu’en définitive elles ne font qu’ajouter de nouveaux facteurs de destruction dans le tissu de la société nationale et planétaire. Il s’agit (en particulier) de la guerre.

« Au cœur qui médite le mal : la fraude ; aux conseillers pacifiques : la joie » (Livre des Proverbes 12, 20). Toutefois, certains cherchent des solutions dans la guerre qui se nourrit souvent de la perversion des relations, d’ambitions hégémoniques, d’abus de pouvoir, de la peur de l’autre et de la différence perçue comme un obstacle. La guerre n’est pas un fantasme du passé mais au contraire elle est devenue une menace constante. Le monde rencontre toujours plus d’obstacles dans le lent cheminement vers la paix qu’il avait initié et qui commençait à porter quelques fruits.

Puisque de nouveau les conditions se réunissent pour la prolifération des guerres, je rappelle que « la guerre est la négation de tous les droits et une agression dramatique contre l’environnement. Si l’on veut un vrai développement humain intégral pour tous, on doit poursuivre inlassablement l’effort pour éviter la guerre entre les nations et les peuples (…)”.

C’est ainsi qu’on fait facilement le choix de la guerre sous couvert de toutes sortes de raisons, supposées humanitaires, défensives, ou préventives, même en recourant à la manipulation de l’information. De fait, ces dernières décennies, toutes les guerres ont été prétendument “justifiées”. Le Catéchisme de l’Église catholique parle de la possibilité d’une légitime défense par la force militaire, qui suppose qu’on démontre que sont remplies certaines « conditions rigoureuses de légitimité morale ». Mais on tombe facilement dans une interprétation trop large de ce droit éventuel. On veut ainsi justifier indument même des attaques ‘‘préventives’’ ou des actions guerrières qui difficilement n’entraînent pas « des maux et des désordres plus graves que le mal à éliminer ». Le problème, c’est que depuis le développement des armes nucléaires, chimiques ou biologiques, sans oublier les possibilités énormes et croissantes qu’offrent les nouvelles technologies, la guerre a acquis un pouvoir destructif incontrôlé qui affecte beaucoup de victimes civiles innocentes. Incontestablement, « jamais l’humanité n’a eu autant de pouvoir sur elle-même et rien ne garantit qu’elle s’en servira toujours bien ». Nous ne pouvons donc plus penser à la guerre comme une solution, du fait que les risques seront probablement toujours plus grands que l’utilité hypothétique qu’on lui attribue. Face à cette réalité, il est très difficile aujourd’hui de défendre les critères rationnels, mûris en d’autres temps, pour parler d’une possible “guerre juste”. Jamais plus la guerre !”

Fraternellement

Don Pascal Boulic, curé


  • Chemin de croix à travers les rues : une démarche populaire, culturelle et spirituelle
    A l’occasion du Vendredi Saint, une cinquantaine de bénévoles organisait pour la deuxième année consécutive un chemin de croix itinérant dans les rues de Mulhouse : une façon à la fois originale et populaire de s’inscrire dans la culture alsacienne […]
  • La dignité de la personne humaine jusque dans sa fin de vie
    Chers paroissiens, Alors que le monde politique français s’interroge actuellement sur la pertinence d’une loi en faveur de l’euthanasie, je voudrais vous partager cet extrait de la déclaration « Dignitas infinita » (sur la dignité humaine) publiée le 7 avril 2024 par le […]
  • Enseignement de la Religion à l’école publique
    Aux parents des écoliers, collégiens et lycéens : La chance d’un cours de religion dans les écoles, collèges et lycées d’Alsace. Madame, Monsieur, En Alsace un cours de religion est proposé dans l’emploi du temps des élèves. Ce cours ouvert […]
  • Le retable de la Sainte Cène
    Chères paroissiennes, chers paroissiens Comme vous avez pu le constater depuis la Semaine Sainte, notre magnifique retable de la Sainte Cène a retrouvé tout son lustre d’antan.  Je vous encourage à vous en approcher au plus près afin de voir la […]
  • Le temps de Pâques, le temps de la Joie !
    Chers paroissiens, Voici que s’ouvre devant nous le Temps Pascal, et force est de constater que nous sommes parfois plus inventifs pour vivre le Carême que le Temps de la Résurrection : le jeûne, l’aumône et la prière, laissent parfois […]
Lire la Suite →
Exemple

Chers paroissiens,

Alors que vient d’être inscrit dans la constitution de notre pays « la liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse [IVG] », je voudrais vous partager ces quelques réflexions de l’archevêque de Paris qui viennent nous questionner.

Fraternellement, Pascal Boulic, curé

« Il y a bien de la tristesse et de l’amertume à considérer le vote du Parlement réuni en Congrès, pour ce que ce vote traduit finalement : le refus d’accueillir la vie est désormais érigé comme un principe fondamental de la République. Et si l’on méprise ainsi l’enfant à naître, on sait aussi qu’il y a, à l’autre bout de l’existence, des personnes trop âgées, trop seules, trop pauvres ou trop malades, dont on ne manquera pas bientôt de dire – dont on dit déjà ! – que le geste le plus noble et fraternel serait, pour elles aussi, de précipiter leur fin.

Évêques, nous ne sommes pas les seuls à faire part de notre inquiétude sur ce sujet depuis maintenant des années. Qu’il me soit permis de dire que notre expression, la mienne, n’est pas celle d’hommes qui croient savoir mieux que les femmes quels droits doivent être les leurs et comment elles peuvent les exercer. Bien au contraire, elle est celle de pasteurs qui vivent aux côtés des femmes et des hommes de leur temps ; les souffrances et les angoisses qui traversent leurs vies ne nous sont ni inconnues, ni indifférentes. Ainsi, c’est Simone Veil qui soulignait, il y a cinquante ans, « qu’aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement ».

Avec les citoyens de tous bords qui veulent continuer à porter, au-delà des opportunismes partisans, le témoignage de la dignité indépassable de toute vie, nous croyons aussi que personne, quels que soient ses choix, ne peut ni ne doit être résumé ou réduit à ses actes. Nous considérons qu’il est en revanche de notre responsabilité d’interroger notre société. Comment peut-on parler de liberté si l’avortement est, au fond, la seule option promue ? Devons-nous en rester là et nous satisfaire de cet état des choses ?

Il existe pourtant des alternatives, qui méritent d’être soutenues et valorisées. Depuis des décennies, des croyants et des non croyants se mettent simplement au service des femmes pour les accompagner à travers leur grossesse, qu’elles décident de garder leur enfant ou de le confier pour l’adoption. Je connais des associations qui, avec humanité et délicatesse, accueillent et soutiennent les futures mères en difficulté. Nous pouvons être heureux que de telles initiatives existent : loin d’être des gouttes d’eau dans l’océan, elles sont le signe que d’autres solutions peuvent être pleinement respectueuses du choix des femmes pour leur avenir et celui de l’enfant qu’elles portent.

Évoquer cette notion, centrale, de respect, conduit à s’inquiéter également pour les soignants. Le vote du Parlement réuni en Congrès fait peser une nouvelle menace sur leur liberté de ne pas pratiquer, pour des raisons qui leur appartiennent, une interruption volontaire de grossesse. Nous ne pouvons en effet pas concevoir que demain, un médecin ou une sage-femme puisse être condamné par la justice pour avoir refusé de mettre fin à une vie.

La tristesse et l’amertume que nous éprouvons ne doivent pas nous arrêter. Puisque nous voulons construire dans l’espérance une société toujours plus humaine et vraiment fraternelle, il nous appartient, avec tous les hommes et les femmes de bonne volonté qui ne se résolvent pas à considérer que le progrès ultime réside dans la seule protection des droits individuels, de poursuivre et d’amplifier nos efforts pour accueillir toutes les détresses et faire connaître toutes les options. Parce qu’il n’est de liberté sans choix, ni de choix sans conscience libre.

† Laurent Ulrich,  Archevêque de Paris »


  • Chemin de croix à travers les rues : une démarche populaire, culturelle et spirituelle
    A l’occasion du Vendredi Saint, une cinquantaine de bénévoles organisait pour la deuxième année consécutive un chemin de croix itinérant dans les rues de Mulhouse : une façon à la fois originale et populaire de s’inscrire dans la culture alsacienne […]
  • La dignité de la personne humaine jusque dans sa fin de vie
    Chers paroissiens, Alors que le monde politique français s’interroge actuellement sur la pertinence d’une loi en faveur de l’euthanasie, je voudrais vous partager cet extrait de la déclaration « Dignitas infinita » (sur la dignité humaine) publiée le 7 avril 2024 par le […]
  • Enseignement de la Religion à l’école publique
    Aux parents des écoliers, collégiens et lycéens : La chance d’un cours de religion dans les écoles, collèges et lycées d’Alsace. Madame, Monsieur, En Alsace un cours de religion est proposé dans l’emploi du temps des élèves. Ce cours ouvert […]
  • Le retable de la Sainte Cène
    Chères paroissiennes, chers paroissiens Comme vous avez pu le constater depuis la Semaine Sainte, notre magnifique retable de la Sainte Cène a retrouvé tout son lustre d’antan.  Je vous encourage à vous en approcher au plus près afin de voir la […]
  • Le temps de Pâques, le temps de la Joie !
    Chers paroissiens, Voici que s’ouvre devant nous le Temps Pascal, et force est de constater que nous sommes parfois plus inventifs pour vivre le Carême que le Temps de la Résurrection : le jeûne, l’aumône et la prière, laissent parfois […]
Lire la Suite →
Exemple

Le réel

Chers paroissiens,

À une époque d’hyperconsommation, du tout-numérique et de l’hyper connexion, où l’individu se fait le centre de tout, nous avons de plus en plus de mal à être connectés au réel. Nos désirs, notre imagination, nos fantasmes nous font souvent prendre des vessies pour des multivers.

Mais le réel c’est ce qui est, ce qui existe indépendamment de nous, ce qui nous résiste. Les tentations sont nombreuses d’imposer au réel notre volonté toute puissante, de modeler les choses et les personnes à notre mesure et de ne pas les accepter telles qu’elles sont, de donner une image parfaite et lisse aux autres, de tricher par rapport à ce que nous sommes… bref, de fuir le réel.

Mais cette fuite peut être dangereuse parce qu’elle risque de nous conduire au découragement ou au désespoir. Au contraire, les crises de la vie, les souffrances, les épreuves, les échecs, les défauts accueillis nous permettent mystérieusement d’entrer dans le réel, d’accepter que nous ne sommes pas la mesure de tout, que nous dépendons des autres et du monde dans lequel nous vivons, que nos désirs ne sont pas forcément des ordres.

S’il est particulièrement criant aujourd’hui, ce refus du réel a toujours existé. C’est ce que la Bible nomme “l’aveuglement”. Nous avons tous des zones d’aveuglement qui nous empêchent d’accueillir la réalité telle qu’elle est. Le seul qui peut nous en guérir, c’est le Christ.

Cette guérison est possible ici-bas par la grâce, souvent à travers les épreuves. Elle est aussi possible après la mort : tous nos aveuglements, notre quête frénétique de l’extraordinaire, notre fuite devant l’ordinaire de nos vies, nos désirs, nos peurs de Dieu etc., tout cela sera purifié au purgatoire.  Et si en ce début de carême, nous décidions de ne pas attendre le purgatoire pour accueillir l’extraordinaire ordinaire de Dieu ?

Fraternellement,

don Pascal Boulic, curé


  • Chemin de croix à travers les rues : une démarche populaire, culturelle et spirituelle
    A l’occasion du Vendredi Saint, une cinquantaine de bénévoles organisait pour la deuxième année consécutive un chemin de croix itinérant dans les rues de Mulhouse : une façon à la fois originale et populaire de s’inscrire dans la culture alsacienne […]
  • La dignité de la personne humaine jusque dans sa fin de vie
    Chers paroissiens, Alors que le monde politique français s’interroge actuellement sur la pertinence d’une loi en faveur de l’euthanasie, je voudrais vous partager cet extrait de la déclaration « Dignitas infinita » (sur la dignité humaine) publiée le 7 avril 2024 par le […]
  • Enseignement de la Religion à l’école publique
    Aux parents des écoliers, collégiens et lycéens : La chance d’un cours de religion dans les écoles, collèges et lycées d’Alsace. Madame, Monsieur, En Alsace un cours de religion est proposé dans l’emploi du temps des élèves. Ce cours ouvert […]
  • Le retable de la Sainte Cène
    Chères paroissiennes, chers paroissiens Comme vous avez pu le constater depuis la Semaine Sainte, notre magnifique retable de la Sainte Cène a retrouvé tout son lustre d’antan.  Je vous encourage à vous en approcher au plus près afin de voir la […]
  • Le temps de Pâques, le temps de la Joie !
    Chers paroissiens, Voici que s’ouvre devant nous le Temps Pascal, et force est de constater que nous sommes parfois plus inventifs pour vivre le Carême que le Temps de la Résurrection : le jeûne, l’aumône et la prière, laissent parfois […]
Lire la Suite →
Exemple

Notre Histoire

Chers paroissiens,

C’est notre histoire : celle de l’Alsace, de notre paroisse et peut-être aussi celle de nos familles, qui va être rejouée lors du spectacle Terra-Alsatia. Vous le savez, cette semaine débutent les représentations dans l’église Saint-Etienne. Nous avons travaillé étroitement avec le metteur en scène Damien Fontaine et le conseil de Fabrique pour que le scénario (fictif) rejoigne la réalité historique de notre quartier. Ainsi les 20 000 spectateurs attendus vont découvrir des figures chères à notre paroisse : le chanoine Uhlmann (curé de 1852 à 1865) bâtisseur de l’église que nous verrons négocier aux cotés de Mgr Raess avec M. Mieg-Koechlin maire de Mulhouse et l’architecte Jean-Baptiste Schacre. M. Etienne Miquey, industriel et généreux donateur qui permit par sa générosité l’acquisition du Jardin Miquey. Nous apercevrons aussi le chanoine Sester (curé de 1865 à 1870), et surtout le chanoine Winterer (curé de 1871 à 1911) député protestataire au Reichtag, qui s’insurgera contre l’annexion de l’Alsace par la Prusse. Nous apercevrons encore le chanoine Brun (curé de 1912 à 1934) manifestant pour le maintien du concordat avec une foule d’Alsaciens en 1924. L’abbé Schmidlin interné en camp de concentration, les sœurs du Saint Sauveur soignant les blessés sur les champs de bataille en 14. Amélie Zurcher à qui l’on doit le développement des mines de potasses, et sur le terrain de qui fut construite notre chapelle du Sacré-Cœur en 1930 … Si les dialogues sont inventés, il n’en reste pas moins que nous les avons relus, corrigés, et écrits pour certains, afin de véhiculer un message d’espérance, de pardon et de foi. 

Chers amis, ce spectacle sera un moment de mémoire pour notre paroisse mais aussi d’une grande profondeur spirituelle. Je vous souhaite un très bon spectacle à tous. 

Fraternellement,

don Pascal Boulic, curé


  • Chemin de croix à travers les rues : une démarche populaire, culturelle et spirituelle
    A l’occasion du Vendredi Saint, une cinquantaine de bénévoles organisait pour la deuxième année consécutive un chemin de croix itinérant dans les rues de Mulhouse : une façon à la fois originale et populaire de s’inscrire dans la culture alsacienne […]
  • La dignité de la personne humaine jusque dans sa fin de vie
    Chers paroissiens, Alors que le monde politique français s’interroge actuellement sur la pertinence d’une loi en faveur de l’euthanasie, je voudrais vous partager cet extrait de la déclaration « Dignitas infinita » (sur la dignité humaine) publiée le 7 avril 2024 par le […]
  • Enseignement de la Religion à l’école publique
    Aux parents des écoliers, collégiens et lycéens : La chance d’un cours de religion dans les écoles, collèges et lycées d’Alsace. Madame, Monsieur, En Alsace un cours de religion est proposé dans l’emploi du temps des élèves. Ce cours ouvert […]
  • Le retable de la Sainte Cène
    Chères paroissiennes, chers paroissiens Comme vous avez pu le constater depuis la Semaine Sainte, notre magnifique retable de la Sainte Cène a retrouvé tout son lustre d’antan.  Je vous encourage à vous en approcher au plus près afin de voir la […]
  • Le temps de Pâques, le temps de la Joie !
    Chers paroissiens, Voici que s’ouvre devant nous le Temps Pascal, et force est de constater que nous sommes parfois plus inventifs pour vivre le Carême que le Temps de la Résurrection : le jeûne, l’aumône et la prière, laissent parfois […]
Lire la Suite →
Exemple

Entrons dans le Carême

Chers paroissiens,

Nous entrons très prochainement dans le temps du Carême que nous propose l’Église chaque année pour retourner à l’essentiel. Ce retournement vital, que nous appelons “conversion”, nous assure de reprendre régulièrement contact avec la source de l’Amour infini, le Christ Jésus. Ces quarante jours de conversion nous rappellent les 40 jours de Jésus au désert, qui le préparent à sa mission juste après son baptême, ou encore les 40 années nécessaires au peuple d’Israël pour parvenir à la Terre Promise – lieu symbolique de la rencontre avec Dieu. 

Ce sont donc 40 jours qui nous sont offerts, pour une véritable croissance spirituelle. 3 grands moyens nous sont proposés dans notre tradition chrétienne : la prière, le partage et le jeûne. 

Dans la prière, nous nous ouvrons à l’amour infini de Dieu et nous nous mettons à son écoute pour orienter et guider nos vies. Depuis déjà quelques mois notre communauté de paroisse s’est lancée dans le chemin de l’adoration eucharistique, du mercredi 12h00 au vendredi 23h, jour et nuit, à la chapelle du Sacré-Cœur. Cette prière continue porte beaucoup de fruits dans le silence et l’invisible des cœurs ! Dans la continuité de cette démarche, je vous propose de nous retrouver tous les jeudis soirs à 20h00 dans la chapelle du Sacré-Cœur pour une “Heure Sainte” afin de nous réunir et d’adorer ensemble le Saint-Sacrement. Il sera alors possible à tous ceux qui le désirent de recevoir le sacrement du pardon.  

Comme démarche de jeûne, je vous propose de poursuivre les initiatives des années précédentes en nous retrouvant tous les vendredis midi, de 12h00 à 13h00, au foyer des étudiants au 10 rue Lamartine, salle paroissiale de Saint Étienne, pour un bol de riz. Chacun pourra entrer et partir librement en fonction de ses nécessités. C’est une manière de vivre ensemble le jeûne, de façon communautaire et fraternelle. 

Concernant le partage, ce qu’on appelle traditionnellement l’aumône, je vous propose que chacun puisse être attentif, dans sa rue ou son quartier, aux besoins des plus défavorisés, des plus fragiles, des personnes âgées ou des malades. Peut-être certains de nos voisins ont-ils besoin tout simplement d’être visités pour un temps fraternel ? D’autres encore seraient heureux de participer à l’une ou l’autre activité de notre communauté de paroisse si quelqu’un pouvait les y emmener ? D’autres encore seraient intéressés de prier ensemble ou de recevoir des sacrements ? Pour d’autres encore, ce serait une aide alimentaire qui serait nécessaire… bref, les besoins sont vastes, et il nous faut y être attentifs ! Je me réjouis qu’un certain nombre d’entre vous soient déjà depuis bien longtemps soucieux de cette responsabilité. Puissions-nous continuer en ce sens, car la solitude est grande au milieu de nous ! Que chacun puisse, en fonction de son temps, de ses désirs, de ses capacités et des rencontres de la vie, nous signaler des personnes qui seraient heureuses d’une visite ou prendre du temps pour aller les rencontrer. 

Frères et sœurs, c’est avec joie que nous entrons dans ce Carême. Merci à tous de votre implication dans cette démarche spirituelle communautaire.  

Que Dieu bénisse chacun de nous ! 

Fraternellement,

Don Pascal Boulic, curé


  • Chemin de croix à travers les rues : une démarche populaire, culturelle et spirituelle
    A l’occasion du Vendredi Saint, une cinquantaine de bénévoles organisait pour la deuxième année consécutive un chemin de croix itinérant dans les rues de Mulhouse : une façon à la fois originale et populaire de s’inscrire dans la culture alsacienne […]
  • La dignité de la personne humaine jusque dans sa fin de vie
    Chers paroissiens, Alors que le monde politique français s’interroge actuellement sur la pertinence d’une loi en faveur de l’euthanasie, je voudrais vous partager cet extrait de la déclaration « Dignitas infinita » (sur la dignité humaine) publiée le 7 avril 2024 par le […]
  • Enseignement de la Religion à l’école publique
    Aux parents des écoliers, collégiens et lycéens : La chance d’un cours de religion dans les écoles, collèges et lycées d’Alsace. Madame, Monsieur, En Alsace un cours de religion est proposé dans l’emploi du temps des élèves. Ce cours ouvert […]
  • Le retable de la Sainte Cène
    Chères paroissiennes, chers paroissiens Comme vous avez pu le constater depuis la Semaine Sainte, notre magnifique retable de la Sainte Cène a retrouvé tout son lustre d’antan.  Je vous encourage à vous en approcher au plus près afin de voir la […]
  • Le temps de Pâques, le temps de la Joie !
    Chers paroissiens, Voici que s’ouvre devant nous le Temps Pascal, et force est de constater que nous sommes parfois plus inventifs pour vivre le Carême que le Temps de la Résurrection : le jeûne, l’aumône et la prière, laissent parfois […]
Lire la Suite →