mars 2024

archive

Accueil mars 2024

Exemple

Le temps de Pâques, le temps des bénédictions !

Chers paroissiens,

Dans de nombreux pays, la coutume de faire bénir sa famille et sa maison, une fois l’an, par un prêtre et pendant le temps pascal, est une tradition bien vivante. Par la bénédiction, nous demandons à Dieu de répandre sa grâce, son amour, sa paix et sa protection sur chacun de nous, sur nos lieux d’habitations, nos lieux et nos outils de travail, nos voitures, nos animaux… Bref, tout ce qui fait partie de notre vie.

Le Seigneur nous rejoint dans toutes ces réalités très concrètes de notre vie… Pas seulement dans nos églises. Pour cette raison, tout ce qui compose notre vie, dans la mesure où cela est ordonné à Dieu, peut être béni ! Et oui, la grâce de Dieu peut passer par nos maisons, nos jardins, nos champs, nos outils de travail, nos plantes, nos animaux, etc. Autant de médiations par lesquelles nous pouvons rencontrer le Christ ! Ainsi, nous faisons mémoire de sa Résurrection, non pas au sens d’un simple souvenir, mais en nous ouvrant à sa présence et en nous plaçant sous sa protection, nous et notre famille.

Jésus Lui-même aimait visiter les maisons, comme celle de Lazare, Marthe et Marie. À Zachée, il dit : « Aujourd’hui, il faut que j’aille demeurer dans ta maison. (…) Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison. » (Luc 19, 5.9). De plus, il a donné une consigne aux disciples qu’il envoyait en mission : « Dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison’» (Luc 10, 5). À la suite du Christ, l’Église présente ainsi cette coutume pleine de signification :

« La bénédiction annuelle des familles, qui a lieu à leur domicile, se déroule ordinairement durant le temps pascal, ou à d’autres moments de l’année. Cette visite traditionnelle très appréciée par les fidèles, que les curés et leurs collaborateurs sont vivement invités à accomplir, constitue une occasion très précieuse pour ces derniers de rappeler aux familles chrétiennes la présence constante de la bénédiction de Dieu, et l’invitation à vivre en se conformant au message de l’Évangile; cette démarche a donc pour but d’exhorter les parents et les enfants à conserver et à développer le mystère de la famille en tant qu’“Église domestique”. » (Directoire sur la piété populaire et la liturgie, n°152).

Si vous n’avez pas encore fait bénir votre maison, nous serons très heureux de venir le faire chez vous. N’hésitez pas à inviter des voisins et des amis afin de les associer à la célébration. Ce peut être l’occasion de mieux se connaître et de partager un temps fraternel.

Contactez don Armand, don Vianney, don Joseph ou moi-même, pour fixer ensemble une date et un horaire, ou envoyez un mail au secrétariat : par.stetienne@gmail.com.

Fraternellement

Don Pascal Boulic, curé


  • Pèlerinage paroissial à Thierenbach le 8 juin 2024
    Chers paroissiens, Le 8 juin prochain nous vivrons ensemble une journée de pèlerinage à Notre Dame de Thierenbach. Péleriner, c’est l’œuvre de notre vie : cheminer ensemble à la suite du Christ. Avec toute l’équipe d’animation pastorale nous souhaitons véritablement […]
  • Action solidaire au Jardin Miquey : une « journée estime de soi »!
    Le samedi 11 mai dernier, de 10H30 à 16H30, une « journée estime de soi » était organisée au jardin Miquey, par l’association Jardin Miquey ! Une trentaine de personnes en situation difficile a bénéficié d’un moment privilégié pour prendre soin d’elles-mêmes, […]
  • Donne-nous ton Esprit-Saint !
    Le samedi 18 mai, veille de la Pentecôte, demandons l’Esprit Saint !à l’occasion de la veillée de prière au Sacré-Cœur de 20h à 22h. Chers paroissiens, Parmi toutes les fêtes chrétiennes, certaines sont davantage des fêtes, et la liturgie aime à […]
  • Journées du Sacré-Cœur
    Les journées du Sacré-Cœur accueillent les enfants du CP au CM2 du 1er au 5 juillet au parc Miquey. Au programme : bricolage, jeux, sport, prière… a la découverte des traditions alsaciennes.
  • Propositions d’été pour la jeunesse
Lire la Suite →
Exemple

La Semaine Sainte

Chers paroissiens,

Nous voilà au lancement de la Semaine Sainte !

8 jours offerts par l’Église pour nous mettre résolument à la suite du Christ ; 8 jours pour suivre des yeux Jésus, depuis son entrée à Jérusalem jusqu’à sa mort et sa résurrection ; 8 jours à vivre comme une véritable retraite, où nous nous laisserons recréés intérieurement par la liturgie. 

Nous serons la foule, nous serons Pierre, et Marthe, et Marie, nous serons tous ces visages que le Christ a rencontrés pour offrir la grâce de son amour, le don de sa miséricorde. Pendant cette Grande Semaine, ouvrons grand les portes au Christ, « faisons nos pâques », pleins de reconnaissances pour la grâce qui vient. Sainte Semaine à tous !

Fraternellement

Don Pascal Boulic, curé



Horaires de la Semaine Sainte 2024

Dimanche 24 mars – Dimanche des Rameaux

  • 9h00 : messe grégorienne UNITAS avec bénédiction des Rameaux à Saint-Etienne
  • 10h30 : messe avec bénédiction des Rameaux à Saint-Etienne
  • 11h00 : messe avec bénédiction des Rameaux au Sacré Cœur

Mardi Saint – 26 mars

  • 18h30 : Messe Chrismale à la Cathédrale de Strasbourg célébrée par Mgr Philippe Ballot

Jeudi Saint – 28 mars

  • 20h00 : messe de la Cène du Seigneur à Saint-Etienne
  • 21h30 : Heure Sainte à Saint-Etienne

Vendredi Saint – 29 mars

  • 9h00 : office des Ténèbres à Saint-Etienne
  • 11h00 : Chemin de Croix œcuménique en ville
  • 15h00 : office de la Croix à Saint-Etienne
  • 20h00 : récital d’orgue à Saint-Etienne

Samedi Saint – 30 mars

  • 9h00 : office des Ténèbres
  • 10h00-12h00 : confessions à Saint-Etienne
  • 15h00-17h00 : confessions au Sacré Cœur
  • 21h00 : Vigile Pascale à Saint-Etienne

Dimanche de Pâques – 31 mars – La Résurrection du Seigneur

  • 9h00 : messe grégorienne UNITAS de Pâques à Saint-Etienne
  • 10h30 : messe de Pâques à Saint-Etienne
  • 11h00 : messe de Pâques au Sacré Cœur

Lundi dans l’octave de Pâques :

  • 10h30 : messe unique à Saint-Etienne


  • Pèlerinage paroissial à Thierenbach le 8 juin 2024
    Chers paroissiens, Le 8 juin prochain nous vivrons ensemble une journée de pèlerinage à Notre Dame de Thierenbach. Péleriner, c’est l’œuvre de notre vie : cheminer ensemble à la suite du Christ. Avec toute l’équipe d’animation pastorale nous souhaitons véritablement […]
  • Action solidaire au Jardin Miquey : une « journée estime de soi »!
    Le samedi 11 mai dernier, de 10H30 à 16H30, une « journée estime de soi » était organisée au jardin Miquey, par l’association Jardin Miquey ! Une trentaine de personnes en situation difficile a bénéficié d’un moment privilégié pour prendre soin d’elles-mêmes, […]
  • Donne-nous ton Esprit-Saint !
    Le samedi 18 mai, veille de la Pentecôte, demandons l’Esprit Saint !à l’occasion de la veillée de prière au Sacré-Cœur de 20h à 22h. Chers paroissiens, Parmi toutes les fêtes chrétiennes, certaines sont davantage des fêtes, et la liturgie aime à […]
  • Journées du Sacré-Cœur
    Les journées du Sacré-Cœur accueillent les enfants du CP au CM2 du 1er au 5 juillet au parc Miquey. Au programme : bricolage, jeux, sport, prière… a la découverte des traditions alsaciennes.
  • Propositions d’été pour la jeunesse
Lire la Suite →
Exemple

À l’approche des fêtes de Pâques, nous relayons ici un article récent d’Edmond Herold, naturaliste et conteur alsacien.

Les rameaux aux souples rubans de papier de soie colorés, bénis lors de la grand-messe du Dimanche des Rameaux, piqués dans les jardins à l’heure du renouveau…

Le lavement des pieds du Jeudi Saint, où le rabbi, autrement dit le maître, lave les pieds de ses serviteurs, geste hautement symbolique, incompréhensible en notre société de désinvolture et d’arrogance…

Le triste jour du Vendredi Saint où nous écoutions avec émotion le récit de la Passion du Christ… Le chant du Coq à l’heure du reniement de Pierre… Le voile du temple qui se déchire… Les dernières paroles du Christ en Croix… Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font… Als Jesus nun den Essig genommen hatte, sprach er : Es ist vollbracht ! Und er neigte das Haupt und gab seinen Geist auf… (Johannes Evangelium).
Vendredi Saint, jour non forcément de jeûne strict mais où, dans nos familles, le régime maigre était de rigueur.Le jour de Pâques, la plus grande fête du calendrier liturgique chrétien où l’on célébrait – où l’on célèbre encore et toujours – la Résurrection du Christ, le passage de la mort à la Vie et la promesse de la Vie éternelle…

Il en est de même chez nos frères Juifs, pour qui Pâques est la plus grande fête religieuse de l’année. Pessa’h, qui signifie passage, commémore la sortie d’Égypte du peuple hébreu et le début de sa longue errance vers Canaan, la Terre promise. Écouter et lire la Haggadah de Pessa’h, autrement dit, le texte de l’Exode, lors du repas du Seder, la veille de Pâques, est non seulement hautement émouvant mais soude en étroite communion les convives d’une tablée.

Pâques… le retour des cloches de Rome… Pâques au jardin fleuri… la chasse aux œufs pondus par le Oschterhààs, le Lièvre de Pâques, notre regretté Capucin, victime collatérale des traitements intempestifs infligés à nos vertes campagnes par l’aveugle productivisme du temps des Trente prétendues Glorieuses… Le Oschterlammla, l’agneau pascal du petit déjeuner du jour de Pâques… Tout un symbole ! Les Oschtereier, œufs durs teints ou peints, certains artistiquement décorés… Resteront en ma mémoire ceux marqués du signe < Christos Anesti ! > – ce qui en langue orthodoxe slavonne signifie < Christ est ressuscité ! > – offerts par Anastasia, notre hôtesse belarusse, lors de notre périple à Berezinsky, en ces fascinantes contrées de la Berezina, si chahutées par les temps qui courent… Les Schlésselbliamla ou Hémmelsschléssala, Clefs du Royaume ou Clefs de Saint-Pierre, qui au temps de Pâques prospéraient sur les prés alentour du chalet de mes grands-parents et dont je ne me privais pas d’offrir des bouquets à ma grand-mère adorée…

Primevères de mes premiers printemps, ayant depuis déserté les lieux par excès de fumure, mais toujours vivaces en mon souvenir et promptes à enchanter mes rêves… Pâques… ce temps lumineux du renouveau après le long et obscur hiver, temps plein de promesses et riche des beaux jours à venir…

Que les enfants d’aujourd’hui n’ont-ils la chance que nous avons connue de voir devant eux un avenir radieux, porteur de joie et de bonheur… en place de ce que leur laisse en partage notre société matérialiste, défaite et brisée, qui pour trouver sa cohésion, voire un minimum de consensus, n’a d’autres perspectives à offrir que celles, tristes à mourir, de l’interruption volontaire de grossesse et de l’aide active à mourir. Avec en prime, planant au-dessus de la boîte de Pandore, le spectre mortifère de la guerre !

Pour nos jeunes, la pédagogie du bonheur et l’apprentissage de l’art d’aimer eussent été plus indiqués que cette sordide option de rejet de la Vie – solennellement gravée dans le marbre (sic)… excusez du peu ! – et, pour nos anciens, un grand et vrai projet d’aide à vivre, à vivre dignement leurs vieux jours, eût été autrement plus bénéfique que celui de les aider à mourir en catimini, une réalité qui n’ose dire son nom.

Envers et contre tout, je vous souhaite de joyeuses fêtes de Pâques.
Bon passage vers la Lumière à vous, mes chers amis !

Et que soient honnis ceux qui mal y pensent !

Edmond

Lire la Suite →
Exemple

Non à la guerre, prions pour la Paix !

Chers paroissiens,

Alors que les théâtres de guerre se multiplient sur notre planète et que des projets bellicistes politiques nous concernent de plus en plus, je voudrais vous partager ces paroles avisées du pape François, extraites de sa lettre encyclique Fratelli tutti. Dans ce propos, le Pape nous éclaire sur les prétendues justifications de la guerre et nous invite à avoir le courage de la paix. Que cette invitation à la paix nous dispose à la demander dans une prière fervente !

“Certaines situations extrêmes peuvent finir par se présenter comme des solutions dans des circonstances particulièrement dramatiques, sans qu’on se rende compte que ce sont de fausses réponses, qui ne résolvent pas les problèmes posés, et qu’en définitive elles ne font qu’ajouter de nouveaux facteurs de destruction dans le tissu de la société nationale et planétaire. Il s’agit (en particulier) de la guerre.

« Au cœur qui médite le mal : la fraude ; aux conseillers pacifiques : la joie » (Livre des Proverbes 12, 20). Toutefois, certains cherchent des solutions dans la guerre qui se nourrit souvent de la perversion des relations, d’ambitions hégémoniques, d’abus de pouvoir, de la peur de l’autre et de la différence perçue comme un obstacle. La guerre n’est pas un fantasme du passé mais au contraire elle est devenue une menace constante. Le monde rencontre toujours plus d’obstacles dans le lent cheminement vers la paix qu’il avait initié et qui commençait à porter quelques fruits.

Puisque de nouveau les conditions se réunissent pour la prolifération des guerres, je rappelle que « la guerre est la négation de tous les droits et une agression dramatique contre l’environnement. Si l’on veut un vrai développement humain intégral pour tous, on doit poursuivre inlassablement l’effort pour éviter la guerre entre les nations et les peuples (…)”.

C’est ainsi qu’on fait facilement le choix de la guerre sous couvert de toutes sortes de raisons, supposées humanitaires, défensives, ou préventives, même en recourant à la manipulation de l’information. De fait, ces dernières décennies, toutes les guerres ont été prétendument “justifiées”. Le Catéchisme de l’Église catholique parle de la possibilité d’une légitime défense par la force militaire, qui suppose qu’on démontre que sont remplies certaines « conditions rigoureuses de légitimité morale ». Mais on tombe facilement dans une interprétation trop large de ce droit éventuel. On veut ainsi justifier indument même des attaques ‘‘préventives’’ ou des actions guerrières qui difficilement n’entraînent pas « des maux et des désordres plus graves que le mal à éliminer ». Le problème, c’est que depuis le développement des armes nucléaires, chimiques ou biologiques, sans oublier les possibilités énormes et croissantes qu’offrent les nouvelles technologies, la guerre a acquis un pouvoir destructif incontrôlé qui affecte beaucoup de victimes civiles innocentes. Incontestablement, « jamais l’humanité n’a eu autant de pouvoir sur elle-même et rien ne garantit qu’elle s’en servira toujours bien ». Nous ne pouvons donc plus penser à la guerre comme une solution, du fait que les risques seront probablement toujours plus grands que l’utilité hypothétique qu’on lui attribue. Face à cette réalité, il est très difficile aujourd’hui de défendre les critères rationnels, mûris en d’autres temps, pour parler d’une possible “guerre juste”. Jamais plus la guerre !”

Fraternellement

Don Pascal Boulic, curé


  • Pèlerinage paroissial à Thierenbach le 8 juin 2024
    Chers paroissiens, Le 8 juin prochain nous vivrons ensemble une journée de pèlerinage à Notre Dame de Thierenbach. Péleriner, c’est l’œuvre de notre vie : cheminer ensemble à la suite du Christ. Avec toute l’équipe d’animation pastorale nous souhaitons véritablement […]
  • Action solidaire au Jardin Miquey : une « journée estime de soi »!
    Le samedi 11 mai dernier, de 10H30 à 16H30, une « journée estime de soi » était organisée au jardin Miquey, par l’association Jardin Miquey ! Une trentaine de personnes en situation difficile a bénéficié d’un moment privilégié pour prendre soin d’elles-mêmes, […]
  • Donne-nous ton Esprit-Saint !
    Le samedi 18 mai, veille de la Pentecôte, demandons l’Esprit Saint !à l’occasion de la veillée de prière au Sacré-Cœur de 20h à 22h. Chers paroissiens, Parmi toutes les fêtes chrétiennes, certaines sont davantage des fêtes, et la liturgie aime à […]
  • Journées du Sacré-Cœur
    Les journées du Sacré-Cœur accueillent les enfants du CP au CM2 du 1er au 5 juillet au parc Miquey. Au programme : bricolage, jeux, sport, prière… a la découverte des traditions alsaciennes.
  • Propositions d’été pour la jeunesse
Lire la Suite →
Exemple

Chers paroissiens,

Alors que vient d’être inscrit dans la constitution de notre pays « la liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse [IVG] », je voudrais vous partager ces quelques réflexions de l’archevêque de Paris qui viennent nous questionner.

Fraternellement, Pascal Boulic, curé

« Il y a bien de la tristesse et de l’amertume à considérer le vote du Parlement réuni en Congrès, pour ce que ce vote traduit finalement : le refus d’accueillir la vie est désormais érigé comme un principe fondamental de la République. Et si l’on méprise ainsi l’enfant à naître, on sait aussi qu’il y a, à l’autre bout de l’existence, des personnes trop âgées, trop seules, trop pauvres ou trop malades, dont on ne manquera pas bientôt de dire – dont on dit déjà ! – que le geste le plus noble et fraternel serait, pour elles aussi, de précipiter leur fin.

Évêques, nous ne sommes pas les seuls à faire part de notre inquiétude sur ce sujet depuis maintenant des années. Qu’il me soit permis de dire que notre expression, la mienne, n’est pas celle d’hommes qui croient savoir mieux que les femmes quels droits doivent être les leurs et comment elles peuvent les exercer. Bien au contraire, elle est celle de pasteurs qui vivent aux côtés des femmes et des hommes de leur temps ; les souffrances et les angoisses qui traversent leurs vies ne nous sont ni inconnues, ni indifférentes. Ainsi, c’est Simone Veil qui soulignait, il y a cinquante ans, « qu’aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement ».

Avec les citoyens de tous bords qui veulent continuer à porter, au-delà des opportunismes partisans, le témoignage de la dignité indépassable de toute vie, nous croyons aussi que personne, quels que soient ses choix, ne peut ni ne doit être résumé ou réduit à ses actes. Nous considérons qu’il est en revanche de notre responsabilité d’interroger notre société. Comment peut-on parler de liberté si l’avortement est, au fond, la seule option promue ? Devons-nous en rester là et nous satisfaire de cet état des choses ?

Il existe pourtant des alternatives, qui méritent d’être soutenues et valorisées. Depuis des décennies, des croyants et des non croyants se mettent simplement au service des femmes pour les accompagner à travers leur grossesse, qu’elles décident de garder leur enfant ou de le confier pour l’adoption. Je connais des associations qui, avec humanité et délicatesse, accueillent et soutiennent les futures mères en difficulté. Nous pouvons être heureux que de telles initiatives existent : loin d’être des gouttes d’eau dans l’océan, elles sont le signe que d’autres solutions peuvent être pleinement respectueuses du choix des femmes pour leur avenir et celui de l’enfant qu’elles portent.

Évoquer cette notion, centrale, de respect, conduit à s’inquiéter également pour les soignants. Le vote du Parlement réuni en Congrès fait peser une nouvelle menace sur leur liberté de ne pas pratiquer, pour des raisons qui leur appartiennent, une interruption volontaire de grossesse. Nous ne pouvons en effet pas concevoir que demain, un médecin ou une sage-femme puisse être condamné par la justice pour avoir refusé de mettre fin à une vie.

La tristesse et l’amertume que nous éprouvons ne doivent pas nous arrêter. Puisque nous voulons construire dans l’espérance une société toujours plus humaine et vraiment fraternelle, il nous appartient, avec tous les hommes et les femmes de bonne volonté qui ne se résolvent pas à considérer que le progrès ultime réside dans la seule protection des droits individuels, de poursuivre et d’amplifier nos efforts pour accueillir toutes les détresses et faire connaître toutes les options. Parce qu’il n’est de liberté sans choix, ni de choix sans conscience libre.

† Laurent Ulrich,  Archevêque de Paris »


  • Pèlerinage paroissial à Thierenbach le 8 juin 2024
    Chers paroissiens, Le 8 juin prochain nous vivrons ensemble une journée de pèlerinage à Notre Dame de Thierenbach. Péleriner, c’est l’œuvre de notre vie : cheminer ensemble à la suite du Christ. Avec toute l’équipe d’animation pastorale nous souhaitons véritablement […]
  • Action solidaire au Jardin Miquey : une « journée estime de soi »!
    Le samedi 11 mai dernier, de 10H30 à 16H30, une « journée estime de soi » était organisée au jardin Miquey, par l’association Jardin Miquey ! Une trentaine de personnes en situation difficile a bénéficié d’un moment privilégié pour prendre soin d’elles-mêmes, […]
  • Donne-nous ton Esprit-Saint !
    Le samedi 18 mai, veille de la Pentecôte, demandons l’Esprit Saint !à l’occasion de la veillée de prière au Sacré-Cœur de 20h à 22h. Chers paroissiens, Parmi toutes les fêtes chrétiennes, certaines sont davantage des fêtes, et la liturgie aime à […]
  • Journées du Sacré-Cœur
    Les journées du Sacré-Cœur accueillent les enfants du CP au CM2 du 1er au 5 juillet au parc Miquey. Au programme : bricolage, jeux, sport, prière… a la découverte des traditions alsaciennes.
  • Propositions d’été pour la jeunesse
Lire la Suite →
Exemple

La Présidence de la CEF relaie l’appel au jeûne et à la prière lancée par plusieurs associations catholiques à l’occasion du vote par le Parlement en Congrès de la révision constitutionnelle inscrivant l’avortement dans la Constitution.

En ce lundi 4 mars 2024, l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en Congrès sont invités à voter la modification de notre Constitution française pour y inscrire la garantie de l’accès à l’avortement. Notre pays se serait honoré en y inscrivant plutôt la promotion des droits des femmes et des enfants. De tous les pays européens, même d’Europe occidentale, la France est le seul où le nombre des avortements ne baisse pas et a même augmenté ces deux dernières années. Beaucoup de nos parlementaires, sans doute, vont voter ce texte avec la conviction d’affermir un droit essentiel ; certains, assez nombreux en fait, vont le voter honteux et contraints.

Président et Vice-présidents de la Conférence des évêques de France (CEF), nous relayons volontiers l’appel lancé par plusieurs mouvements catholiques au jeûne et à la prière.

Comme catholiques, nous aurons toujours à rester des serviteurs de la vie de tous et de chacun, de la conception à la mort, des artisans du respect de tout être humain qui est toujours un don fait à tous les autres, à soutenir ceux et celles qui choisissent de garder leur enfant même dans des situations difficiles – et nous cherchons des voies nouvelles pour cela -, à entourer de notre respect et de notre compassion ceux et celles qui ont eu recours à l’avortement. Demandons-en humblement et instamment la grâce. Prions surtout pour que nos concitoyens retrouvent le goût de la vie, de la donner, de la recevoir, de l’accompagner, d’avoir et d’élever des enfants.

La Présidence de la Conférence des évêques de France 

Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, Président de la CEF

Mgr Vincent Jordy, archevêque de Tours, Vice-président de la CEF

Mgr Dominique Blanchet, évêque de Créteil, Vice-président de la CEF

Paris, 4 mars 2024


  • Pèlerinage paroissial à Thierenbach le 8 juin 2024
    Chers paroissiens, Le 8 juin prochain nous vivrons ensemble une journée de pèlerinage à Notre Dame de Thierenbach. Péleriner, c’est l’œuvre de notre vie : cheminer ensemble à la suite du Christ. Avec toute l’équipe d’animation pastorale nous souhaitons véritablement […]
  • Action solidaire au Jardin Miquey : une « journée estime de soi »!
    Le samedi 11 mai dernier, de 10H30 à 16H30, une « journée estime de soi » était organisée au jardin Miquey, par l’association Jardin Miquey ! Une trentaine de personnes en situation difficile a bénéficié d’un moment privilégié pour prendre soin d’elles-mêmes, […]
  • Donne-nous ton Esprit-Saint !
    Le samedi 18 mai, veille de la Pentecôte, demandons l’Esprit Saint !à l’occasion de la veillée de prière au Sacré-Cœur de 20h à 22h. Chers paroissiens, Parmi toutes les fêtes chrétiennes, certaines sont davantage des fêtes, et la liturgie aime à […]
  • Journées du Sacré-Cœur
    Les journées du Sacré-Cœur accueillent les enfants du CP au CM2 du 1er au 5 juillet au parc Miquey. Au programme : bricolage, jeux, sport, prière… a la découverte des traditions alsaciennes.
  • Propositions d’été pour la jeunesse
Lire la Suite →