Pape Francois

archive

Accueil Tag : Pape Francois

Exemple

Plein d’espérance dans ce monde !

Chers paroissiens, 

« Pèlerins d’espérance », tel est le thème que le pape François a voulu donner à la prochaine année jubilaire de 2025. Ce thème n’a rien d’anodin puisqu’il veut répondre aux angoisses de notre temps et qu’il est de ce fait au cœur de l’enseignement du Saint-Père.

Oui, notre monde a peur. Un sondage réalisé auprès de jeunes adultes de 16 à 25 ans a récemment montré que 75 % d’entre eux avaient peur de l’avenir, 59% étaient « très » ou « extrêmement inquiets » du changement climatique, 56 % estimaient que « l’humanité est condamnée ». À quoi bon ?

Dans ce contexte d’inquiétude généralisée, nous devons rendre compte de cette espérance à temps et à contretemps.

Mais cette espérance n’est pas une idée. Elle n’est pas non plus le fruit d’un optimisme béat ou de la croyance irraisonnée dans les progrès technologiques, techniques ou dans les systèmes politiques. Elle ne saurait être le résultat d’un coaching de vie ou d’un parcours de développement personnel.

Non, la véritable espérance jaillit d’un cœur qui souffre et qui crie. L’espérance est spirituelle. Elle est « le désespoir surmonté », comme l’écrivait Georges Bernanos, la certitude de foi que Dieu est présent dans ma vie, au cœur même de mes épreuves et de mes obscurités. Elle n’enlève ni les questions, ni la souffrance, ni les larmes.

Dans nos églises et dans notre vie quotidienne de prêtres, nous sommes les témoins privilégiés de cela. Combien de personnes viennent pour confier au Seigneur leur avenir, leurs difficultés de santé, leurs épreuves, leurs peurs, leurs proches et leurs défunts… C’est bien souvent aux pieds de la Mère de Dieu que l’on vient déposer tout cela !

Mystérieusement, au cœur même de leur souffrance, ils éprouvent la tendresse maternelle de la Vierge Marie, la présence du Seigneur et la puissance de sa Résurrection.

Notre espérance est là : le Christ est mort pour nous, Il est ressuscité, Il est le Vivant pour les siècles des siècles. Il est avec nous tous les jours jusqu’à la fin des temps et donne la vie aux morts.

Fraternellement,

don Pascal Boulic, curé des paroisses Saint-Etienne et Sacré-Cœur de Mulhouse


  • Crèche animée de St Étienne
    Cette page a pour but d’aider les enseignants à visiter la crèche de St Étienne. Le parcours se présente sous la forme de 5 tableaux en ombres tchèques, commentés […]
  • Plein d’espérance dans ce monde !
    Chers paroissiens,  « Pèlerins d’espérance », tel est le thème que le pape François a voulu donner à la prochaine année jubilaire de 2025. Ce thème n’a rien d’anodin puisqu’il veut […]
  • Louange à Dieu par nos chants !
    Chers paroissiens,  Quelle chance avons-nous d’avoir une belle culture du chant dans nos églises ! Nous chantons à la messe, nous chantons aux offices, nous continuons même de chanter […]
  • Aimer l’Eglise ?
    Chers paroissiens,  Qui de nous n’a jamais entendu un voisin, un collègue, un parent ou un ami lui dire : « je crois en Dieu, à la rigueur en […]
  • Fonction symbolique des objets
    Le monde est rempli d’objets : un arbre, de l’eau, des pierres, des animaux, et d’autres transformés par l’homme : du pain, une maison, etc. Ils composent le monde visible et […]
Lire la Suite →
Exemple

Extrait de l’homélie du Pape François

Chers paroissiens, 

Aujourd’hui, je voudrais partager avec vous un extrait de l’homélie du Pape François du 2 novembre :

“ Frères et sœurs, nourrissons l’attente du Ciel, exerçons-nous dans le désir du paradis. Cela nous fait du bien de nous demander aujourd’hui si nos désirs ont quelque chose à voir avec le Ciel. Parce que nous risquons d’aspirer constamment à des choses qui passent, de confondre les désirs avec les besoins, de placer les attentes du monde avant l’attente de Dieu. Mais perdre de vue ce qui compte pour suivre le vent serait la plus grande erreur de la vie. Regardons vers le haut, parce que nous sommes en chemin vers le haut, tandis que les choses d’en bas n’iront pas là-haut : les meilleures carrières, les plus grands succès, les titres et reconnaissances les plus prestigieux, les richesses accumulées et les gains sur terre, tout cela disparaîtra en un instant, tout. Et toute attente placée en elles sera déçue pour toujours. Pourtant, combien de temps, combien d’efforts et d’énergie dépensons-nous en nous préoccupant et en nous attristant pour ces choses, en laissant s’affaiblir la tension vers la maison, en perdant de vue le sens du chemin, la destination du voyage, l’infini auquel nous tendons, la joie pour laquelle nous respirons ! Demandons-nous : est-ce que je vis ce que je dis dans le Credo, c’est-à-dire « j’attends la résurrection des morts et la vie du monde à venir » ? Et comment va mon attente ? Suis-je capable d’aller à l’essentiel ou suis-je distrait par tant de choses superflues ? Est-ce que je cultive l’espérance ou est-ce que je vais de l’avant en me plaignant parce que je donne trop de valeur à tant de choses qui ne comptent pas et qui passeront ensuite ? ” 

Extrait de l’HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS
Basilique Saint-Pierre, autel de la Chaire
Mercredi 2 novembre 2022

Bien fraternellement,

don Pascal Boulic, curé des paroisses Saint-Etienne et Sacré-Cœur de Mulhouse


  • Crèche animée de St Étienne
    Cette page a pour but d’aider les enseignants à visiter la crèche de St Étienne. Le parcours se présente sous la forme de 5 tableaux en ombres tchèques, commentés […]
  • Plein d’espérance dans ce monde !
    Chers paroissiens,  « Pèlerins d’espérance », tel est le thème que le pape François a voulu donner à la prochaine année jubilaire de 2025. Ce thème n’a rien d’anodin puisqu’il veut […]
  • Louange à Dieu par nos chants !
    Chers paroissiens,  Quelle chance avons-nous d’avoir une belle culture du chant dans nos églises ! Nous chantons à la messe, nous chantons aux offices, nous continuons même de chanter […]
  • Aimer l’Eglise ?
    Chers paroissiens,  Qui de nous n’a jamais entendu un voisin, un collègue, un parent ou un ami lui dire : « je crois en Dieu, à la rigueur en […]
  • Fonction symbolique des objets
    Le monde est rempli d’objets : un arbre, de l’eau, des pierres, des animaux, et d’autres transformés par l’homme : du pain, une maison, etc. Ils composent le monde visible et […]
Lire la Suite →
Exemple

Ouverture de l’église du Sacré-Cœur

Chers paroissiens,

Voici quelques paroles de notre pape François sur l’ouverture de notre Eglise et donc de nos églises !

« L’Église “en sortie” est une Église aux portes ouvertes. Sortir vers les autres pour aller aux périphéries humaines ne veut pas dire courir vers le monde sans direction et dans n’importe quel sens. Souvent il vaut mieux ralentir le pas, mettre de côté l’appréhension pour regarder dans les yeux et écouter, ou renoncer aux urgences pour accompagner celui qui est resté sur le bord de la route. Parfois c’est être comme le père du fils prodigue, qui laisse les portes ouvertes pour qu’il puisse entrer sans difficultés quand il reviendra.

L’Église est appelée à être toujours la maison ouverte du Père. Un des signes concrets de cette ouverture est d’avoir partout des églises avec les portes ouvertes. De sorte que, si quelqu’un veut suivre une motion de l’Esprit et s’approcher pour chercher Dieu, il ne rencontre pas la froideur d’une porte close. Mais il y a d’autres portes qui ne doivent pas non plus se fermer. Tous peuvent participer de quelque manière à la vie ecclésiale, tous peuvent faire partie de la communauté, et même les portes des sacrements ne devraient pas se fermer pour n’importe quelle raison. Ceci vaut surtout pour ce sacrement qui est “ la porte”, le Baptême. L’Eucharistie, même si elle constitue la plénitude de la vie sacramentelle, n’est pas un prix destiné aux parfaits, mais un généreux remède et un aliment pour les faibles.[51] Ces convictions ont aussi des conséquences pastorales que nous sommes appelés à considérer avec prudence et audace. Nous nous comportons fréquemment comme des contrôleurs de la grâce et non comme des facilitateurs. Mais l’Église n’est pas une douane, elle est la maison paternelle où il y a de la place pour chacun avec sa vie difficile » (La joie de l’Evangile §46 et 47).

C’est donc avec joie que je vous annonce, avec son conseil de fabrique, que sera désormais ouverte tAvec le conseil de fabrique du Sacré-Cœur, j’ai donc la joie de vous annoncer l’ouverture de l’église du Sacré-Cœur pendant la journée. Chacun pourra ainsi venir s’y recueillir et y prier, en entrant par l’ouverture habituelle (rue de Verdun). Je remercie particulièrement les paroissiens qui grâce à leur investissement rendent possible cette ouverture, si importante pour les habitants du quartier.

Bien fraternellement, 

don Pascal Boulic, curé des paroisses Saint-Etienne et Sacré-Cœur de Mulhouse



Derniers articles

  • Crèche animée de St Étienne
    Cette page a pour but d’aider les enseignants à visiter la crèche de St Étienne. Le parcours se présente sous la forme de 5 tableaux en ombres tchèques, commentés par un dialogue entre un grand père et sa petite fille, […]
  • Plein d’espérance dans ce monde !
    Chers paroissiens,  « Pèlerins d’espérance », tel est le thème que le pape François a voulu donner à la prochaine année jubilaire de 2025. Ce thème n’a rien d’anodin puisqu’il veut répondre aux angoisses de notre temps et qu’il est de ce […]
  • Louange à Dieu par nos chants !
    Chers paroissiens,  Quelle chance avons-nous d’avoir une belle culture du chant dans nos églises ! Nous chantons à la messe, nous chantons aux offices, nous continuons même de chanter « à la maison », rapportant chez nous des bribes de […]
  • Aimer l’Eglise ?
    Chers paroissiens,  Qui de nous n’a jamais entendu un voisin, un collègue, un parent ou un ami lui dire : « je crois en Dieu, à la rigueur en Jésus mais alors l’Eglise, non ! », ou encore « je […]
  • Fonction symbolique des objets
    Le monde est rempli d’objets : un arbre, de l’eau, des pierres, des animaux, et d’autres transformés par l’homme : du pain, une maison, etc. Ils composent le monde visible et expérimental de notre quotidien, dont nous avons l’habitude.  Ces objets ou […]
  • Retour sur une mémorable après-midi de football
    C’était un dimanche après-midi – sous un ciel à peine couvert – le dimanche 6 novembre dernier, pour être exact, sur le terrain de foot qui jouxte l’église saint Jean Bosco. Il n’était pas encore 15h lorsque les premières empreintes […]
  • Extrait de l’homélie du Pape François
    Chers paroissiens,  Aujourd’hui, je voudrais partager avec vous un extrait de l’homélie du Pape François du 2 novembre : “ Frères et sœurs, nourrissons l’attente du Ciel, exerçons-nous dans le désir du paradis. Cela nous fait du bien de nous […]

Lire la Suite →
Exemple

Chers paroissiens,

La liturgie chrétienne comprend de nombreux trésors pour nous aider à entrer de tout notre être dans les mystères de notre foi.  

Le chant grégorien fait partie de ces trésors, que le concile Vatican II avait particulièrement mis en valeur dans ses textes : « L’Église reconnaît dans le chant grégorien le chant propre de la liturgie romaine ; c’est donc lui qui, dans les actions liturgiques, toutes choses égales d’ailleurs, doit occuper la première place. » (Sacrosanctum Concilium 116). Ce chant sacré et millénaire contribue encore aujourd’hui à toucher les âmes : il n’est ainsi pas rare d’entendre des personnes ayant découvert ou redécouvert la foi simplement grâce à ce chant. Aussi sommes-nous heureux de le faire vivre, chaque dimanche, à la messe grégorienne de 9h, sous les voûtes de Saint-Étienne.  

Un Autre trésor de la liturgie romaine est la langue latine ; une langue sacrée que le concile Vatican II avait recommandé de conserver, en particulier pour le chant des fidèles au cours de la messe (Sacrosanctum Concilium §36 et 54). 

Or, le Pape François, dans ces derniers écrits au sujet de la liturgie, a particulièrement insisté sur l’unité liturgique de l’Église universelle, voulue par la réforme du concile – une unité qu’il est tout à fait possible de vivre dans la continuité de l’héritage latin et grégorien, pleinement recommandé par le concile Vatican II. 

C’est en particulier pour toutes les personnes attachées à cet héritage, et pour répondre à l’invitation du Pape, que nous proposons désormais le premier dimanche de chaque mois, à 9h, une messe grégorienne célébrée dans le rite du concile Vatican II et davantage revêtue de l’usage de la langue latine (en particulier la prière eucharistique) ; et selon l’usage traditionnel, le prêtre et les fidèles y prieront dans une même direction, symbole de la marche commune de toute l’église « Corps du Christ », tournée ensemble vers son Dieu. Cette pratique de l’Église et désormais moins habituelle date des premiers siècles du christianisme : lors de la messe, les premiers chrétiens aimaient à se tourner ensemble vers l’Orient, symbole de l’attente du retour du Christ en gloire.  

Fraternellement, 

don Pascal Boulic, curé des paroisses Saint-Etienne et Sacré-Cœur de Mulhouse

La messe grégorienne cette année à Saint-Etienne :

  • Tous les samedis à 9h00 : messe unitas, messe grégorienne avec usage de la langue latine
  • Tous les dimanches à 9h00 : messe grégorienne 
  • Le premier dimanche de chaque mois : messe unitas, messe grégorienne avec usage de la langue latine 


Derniers articles

  • Crèche animée de St Étienne
    Cette page a pour but d’aider les enseignants à visiter la crèche de St Étienne. Le parcours se présente sous la forme de 5 tableaux en ombres tchèques, commentés par un dialogue entre un grand père et sa petite fille, […]
  • Plein d’espérance dans ce monde !
    Chers paroissiens,  « Pèlerins d’espérance », tel est le thème que le pape François a voulu donner à la prochaine année jubilaire de 2025. Ce thème n’a rien d’anodin puisqu’il veut répondre aux angoisses de notre temps et qu’il est de ce […]
  • Louange à Dieu par nos chants !
    Chers paroissiens,  Quelle chance avons-nous d’avoir une belle culture du chant dans nos églises ! Nous chantons à la messe, nous chantons aux offices, nous continuons même de chanter « à la maison », rapportant chez nous des bribes de […]
  • Aimer l’Eglise ?
    Chers paroissiens,  Qui de nous n’a jamais entendu un voisin, un collègue, un parent ou un ami lui dire : « je crois en Dieu, à la rigueur en Jésus mais alors l’Eglise, non ! », ou encore « je […]
  • Fonction symbolique des objets
    Le monde est rempli d’objets : un arbre, de l’eau, des pierres, des animaux, et d’autres transformés par l’homme : du pain, une maison, etc. Ils composent le monde visible et expérimental de notre quotidien, dont nous avons l’habitude.  Ces objets ou […]
  • Retour sur une mémorable après-midi de football
    C’était un dimanche après-midi – sous un ciel à peine couvert – le dimanche 6 novembre dernier, pour être exact, sur le terrain de foot qui jouxte l’église saint Jean Bosco. Il n’était pas encore 15h lorsque les premières empreintes […]
  • Extrait de l’homélie du Pape François
    Chers paroissiens,  Aujourd’hui, je voudrais partager avec vous un extrait de l’homélie du Pape François du 2 novembre : “ Frères et sœurs, nourrissons l’attente du Ciel, exerçons-nous dans le désir du paradis. Cela nous fait du bien de nous […]

Lire la Suite →
Exemple

Chers paroissiens,

Je vous propose de poursuivre notre réflexion sur le temps de la vieillesse en nous mettant cette fois-ci à l’écoute du pape François dont les audiences récentes se portent sur ce sujet.

En voici un extrait (audience du 23 février 2022) :

« Lorsque Moïse prononce sa confession de foi, il est au seuil de la terre promise, et aussi de la fin de sa vie. Il avait cent vingt ans, note le récit, « sa vue n’avait pas baissé » (Dt 34, 7). Cette capacité de voir, de voir réellement, même de voir symboliquement, comme le font les personnes âgées, qui savent voir les choses, le sens profond des choses. La vitalité de son regard est un don précieux : elle lui permet de transmettre l’héritage de sa longue expérience de vie et de foi, avec la lucidité nécessaire. Moïse voit l’histoire et retransmet l’histoire ; les vieillards voient l’histoire et retransmettent l’histoire.

Une vieillesse à laquelle est accordée cette lucidité est un don précieux pour la génération future. L’écoute personnelle et directe du récit de l’histoire de la foi vécue, avec tous ses hauts et ses bas, est irremplaçable. Le lire dans des livres, le regarder dans des films, le consulter sur internet, aussi utile soit-il, ne sera jamais la même chose. Cette transmission – qui est la vraie tradition, la transmission concrète du vieux au jeune ! – cette transmission manque beaucoup aujourd’hui, et toujours plus aux nouvelles générations. Pourquoi ? Parce que cette nouvelle civilisation à l’idée que les personnes âgées sont du matériel de déchèterie, que les personnes âgées doivent être mises au rebut. Ceci est une brutalité ! Non, ça ne va pas comme ça. Le récit direct, de personne à personne, a des tonalités et modes de communication qu’aucun autre moyen ne peut substituer. Un vieil homme qui a vécu longtemps et obtient le don d’un témoignage lucide et passionné de son histoire est une bénédiction irremplaçable. Sommes-nous capables de reconnaître et d’honorer ce don des personnes âgées ? La transmission de la foi – et du sens de la vie – suit-elle aujourd’hui ce chemin, de l’écoute des personnes âgées ? Je peux donner un témoignage personnel. La haine et la colère contre la guerre m’ont été transmises par mon grand-père qui a combattu sur le Piave en 1914, et il m’a transmis cette colère contre la guerre. Parce qu’il m’a raconté les souffrances d’une guerre. Et ça on ne l’apprend pas dans les livres ni d’une autre manière… on l’apprend de cette façon, en le transmettant des grands-parents aux petits-enfants. Et cela est irremplaçable. La transmission de l’expérience de vie des grands-parents aux petits-enfants. Aujourd’hui, malheureusement, ce n’est pas le cas et nous pensons que les grands-parents sont du matériel de déchèterie : non ! Non ! Ils sont la mémoire vivante d’un peuple, et les jeunes et les enfants ont besoin d’entendre leurs grands-parents. »

Fraternellement,

don Pascal Boulic,
curé des paroisses Saint-Etienne et Sacré-Cœur de Mulhouse



Derniers articles

  • Crèche animée de St Étienne
    Cette page a pour but d’aider les enseignants à visiter la crèche de St Étienne. Le parcours se présente sous la forme de 5 tableaux en ombres tchèques, commentés par un dialogue entre un grand père et sa petite fille, […]
  • Plein d’espérance dans ce monde !
    Chers paroissiens,  « Pèlerins d’espérance », tel est le thème que le pape François a voulu donner à la prochaine année jubilaire de 2025. Ce thème n’a rien d’anodin puisqu’il veut répondre aux angoisses de notre temps et qu’il est de ce […]
  • Louange à Dieu par nos chants !
    Chers paroissiens,  Quelle chance avons-nous d’avoir une belle culture du chant dans nos églises ! Nous chantons à la messe, nous chantons aux offices, nous continuons même de chanter « à la maison », rapportant chez nous des bribes de […]
  • Aimer l’Eglise ?
    Chers paroissiens,  Qui de nous n’a jamais entendu un voisin, un collègue, un parent ou un ami lui dire : « je crois en Dieu, à la rigueur en Jésus mais alors l’Eglise, non ! », ou encore « je […]
  • Fonction symbolique des objets
    Le monde est rempli d’objets : un arbre, de l’eau, des pierres, des animaux, et d’autres transformés par l’homme : du pain, une maison, etc. Ils composent le monde visible et expérimental de notre quotidien, dont nous avons l’habitude.  Ces objets ou […]
  • Retour sur une mémorable après-midi de football
    C’était un dimanche après-midi – sous un ciel à peine couvert – le dimanche 6 novembre dernier, pour être exact, sur le terrain de foot qui jouxte l’église saint Jean Bosco. Il n’était pas encore 15h lorsque les premières empreintes […]
  • Extrait de l’homélie du Pape François
    Chers paroissiens,  Aujourd’hui, je voudrais partager avec vous un extrait de l’homélie du Pape François du 2 novembre : “ Frères et sœurs, nourrissons l’attente du Ciel, exerçons-nous dans le désir du paradis. Cela nous fait du bien de nous […]

Lire la Suite →
Exemple

Jésus Vivant au milieu de nous !

Chers paroissiens,

Je voudrais aujourd’hui vous partager une réflexion de notre pape François sur l’Ascension :

« Saint Luc rapporte que les Apôtres, après avoir vu Jésus monter au ciel, rentrèrent à Jérusalem « avec une grande joie ». Cela nous semble un peu étrange. En général, quand nous sommes séparés de nos parents, de nos amis, pour un départ définitif et surtout à cause de la mort, il y a en nous une tristesse naturelle, parce que nous ne verrons plus leur visage, nous n’entendrons plus leur voix, nous ne pourrons plus jouir de leur affection, de leur présence. En revanche, l’évangéliste souligne la profonde joie des apôtres. Mais pourquoi ? Justement parce que, avec le regard de la foi, ils comprennent que, bien que soustrait à leurs yeux, Jésus reste pour toujours avec eux, il ne les abandonne pas et, dans la gloire du Père, il les soutient, les conduit et intercède pour eux.

Saint Luc raconte l’événement de l’Ascension également au début des Actes des apôtres, pour souligner que ce fait est comme l’anneau qui rattache et relie la vie terrestre de Jésus à celle de l’Église. Ici, saint Luc évoque aussi la nuée qui soustrait Jésus à la vue des disciples, qui restent à contempler le Christ pendant son ascension vers Dieu (cf. Ac 1, 9-10). Deux hommes vêtus de blancs interviennent alors et les invitent à ne pas rester immobiles à regarder le ciel, mais à nourrir leur vie et leur témoignage de la certitude que Jésus reviendra de la même manière qu’ils l’ont vu monter au ciel (cf. Ac 1, 10-11). C’est précisément l’invitation à partir de la contemplation de la Seigneurie du Christ, pour avoir de Lui la force de porter et de témoigner l’Évangile dans la vie de tous les jours : contempler et agir, ora et labora enseigne saint Benoît, sont tous deux nécessaires à notre vie de chrétiens.

Chers frères et sœurs, l’Ascension n’indique pas l’absence de Jésus, mais nous dit qu’il est vivant au milieu de nous de manière nouvelle ; il n’est plus dans un lieu précis du monde comme il l’était avant l’Ascension ; à présent, il est dans la Seigneurie de Dieu, présent en tout lieu et en tout temps, proche de chacun de nous. Dans notre vie, nous ne sommes jamais seuls : nous avons cet avocat qui nous attend, qui nous défend. Nous ne sommes jamais seuls : le Seigneur crucifié et ressuscité nous guide ; avec nous, il y a beaucoup de frères et sœurs qui, dans le silence et dans l’anonymat, dans leur vie de famille et de travail, dans leurs problèmes et difficultés, dans leurs joies et espérances, vivent quotidiennement la foi et apportent, avec nous, au monde la Seigneurie de l’amour de Dieu, en Jésus Christ ressuscité, monté au Ciel, avocat de notre cause. Merci. »

Bien fraternellement,

don Pascal Boulic,
curé des paroisses Saint-Etienne et Sacré-Cœur de Mulhouse

(Extrait de l’audience du Pape François 17 avril 2013)



Derniers articles

  • Crèche animée de St Étienne
    Cette page a pour but d’aider les enseignants à visiter la crèche de St Étienne. Le parcours se présente sous la forme de 5 tableaux en ombres tchèques, commentés par un dialogue entre un grand père et sa petite fille, […]
  • Plein d’espérance dans ce monde !
    Chers paroissiens,  « Pèlerins d’espérance », tel est le thème que le pape François a voulu donner à la prochaine année jubilaire de 2025. Ce thème n’a rien d’anodin puisqu’il veut répondre aux angoisses de notre temps et qu’il est de ce […]
  • Louange à Dieu par nos chants !
    Chers paroissiens,  Quelle chance avons-nous d’avoir une belle culture du chant dans nos églises ! Nous chantons à la messe, nous chantons aux offices, nous continuons même de chanter « à la maison », rapportant chez nous des bribes de […]
  • Aimer l’Eglise ?
    Chers paroissiens,  Qui de nous n’a jamais entendu un voisin, un collègue, un parent ou un ami lui dire : « je crois en Dieu, à la rigueur en Jésus mais alors l’Eglise, non ! », ou encore « je […]
  • Fonction symbolique des objets
    Le monde est rempli d’objets : un arbre, de l’eau, des pierres, des animaux, et d’autres transformés par l’homme : du pain, une maison, etc. Ils composent le monde visible et expérimental de notre quotidien, dont nous avons l’habitude.  Ces objets ou […]
  • Retour sur une mémorable après-midi de football
    C’était un dimanche après-midi – sous un ciel à peine couvert – le dimanche 6 novembre dernier, pour être exact, sur le terrain de foot qui jouxte l’église saint Jean Bosco. Il n’était pas encore 15h lorsque les premières empreintes […]
  • Extrait de l’homélie du Pape François
    Chers paroissiens,  Aujourd’hui, je voudrais partager avec vous un extrait de l’homélie du Pape François du 2 novembre : “ Frères et sœurs, nourrissons l’attente du Ciel, exerçons-nous dans le désir du paradis. Cela nous fait du bien de nous […]

Lire la Suite →
Exemple

Chers paroissiens,

Quelques jours après Noël, la fête patronale de la paroisse Saint-Etienne nous donne de contempler la sainteté du premier diacre de l’Église, mort martyr en témoignant de sa foi au Christ – le récit nous est rapporté au chapitre 6 du livre des Actes des Apôtres.

Quel enseignement pouvons-nous tirer de la vie de ce saint des premiers temps ? Sa fin peut nous sembler tragique, voire même difficile à comprendre… Cependant, elle révèle la profonde liberté d’Etienne.

En effet, rien n’a pu empêcher Etienne de suivre les désirs profonds de son cœur, rien n’a pu l’empêcher de vivre sa foi, et finalement de vivre pleinement. Pas même la mort du corps. Etienne s’est montré profondément vivant, jusque dans sa mort, en souhaitant jusqu’au bout préserver le sens de son existence.

Son martyre nous enseigne que le sens de la vie a bien plus d’importance que la vie biologique elle-même. Le contraire peut même être mortel pour l’âme : vouloir préserver à tout prix la vie biologique peut conduire à oublier le sens profond de la vie, à cesser de vivre en vérité, et finalement, à renoncer à la vie véritable.

Ainsi, par peur de la mort, nous pouvons aller jusqu’à sacrifier la vie elle-même, dont l’essence profonde n’est pas d’abord d’être matérielle, mais se manifeste dans la fraternité, les liens familiaux, les amitiés… dans nos relations vécues en charité.

Merci Saint Etienne pour ton témoignage.

Merci de nous rappeler les priorités.

Fraternellement,

don Pascal Boulic
curé des paroisses Saint-Etienne et Sacré-Coeur de Mulhouse

Lire la Suite →
Exemple

Le merveilleux signe de la crèche !

Chers paroissiens,

En décembre 2019, le Pape François a publié une lettre apostolique sur la signification et la valeur de la crèche, «Admirabile signum». Je voudrais vous en partager un extrait.

« Le merveilleux signe de la crèche, si chère au peuple chrétien, suscite toujours stupeur et émerveillement. Représenter l’événement de la naissance de Jésus, équivaut à annoncer le mystère de l’Incarnation du Fils de Dieu avec simplicité et joie. La crèche, en effet, est comme un Évangile vivant, qui découle des pages de la Sainte Écriture. En contemplant la scène de Noël, nous sommes invités à nous mettre spirituellement en chemin, attirés par l’humilité de Celui qui s’est fait homme pour rencontrer chaque homme. Et, nous découvrons qu’Il nous aime jusqu’au point de s’unir à nous, pour que nous aussi nous puissions nous unir à Lui.

Par cette lettre je voudrais soutenir la belle tradition de nos familles qui, dans les jours qui précèdent Noël, préparent la crèche. Tout comme la coutume de l’installer sur les lieux de travail, dans les écoles, les hôpitaux, les prisons, sur les places publiques… C’est vraiment un exercice d’imagination créative, qui utilise les matériaux les plus variés pour créer de petits chefs-d’œuvre de beauté. On l’apprend dès notre enfance : quand papa et maman, ensemble avec les grands-parents, transmettent cette habitude joyeuse qui possède en soi une riche spiritualité populaire. Je souhaite que cette pratique ne se perde pas ; mais au contraire, j’espère que là où elle est tombée en désuétude, elle puisse être redécouverte et revitalisée ».

Alors il nous reste un peu de temps, si nous ne l’avons pas déjà fait, pour bâtir dans nos maisons ou nos lieux de vie une merveilleuse crèche qui puisse rendre vivante au milieu de nous ce grand mystère de l’Incarnation que nous allons fêter dans quelques jours.

Fraternellement,

Don Pascal Boulic 

Curé des paroisses Saint-Étienne et Sacré-Cœur de Mulhouse

Lire la Suite →