Taureau

archive

Accueil Tag : Taureau

Exemple

Nous les avons étudiés chacun séparément, mais l’aigle, le lion, le taureau et la face d’homme sont toujours représentés ensemble, et nous nous devons de conclure notre étude en les observant non plus individuellement, mais en tant qu’« unité symbolique ».

Les 4 Vivants forment un tout, le « Tétramorphe ». Puissance régulatrice de production de la parole (lion), Désir du Père (taureau), Puissance de discrimination par l’intelligence contemplative (aigle) et Puissance d’exégèse et d’action de grâce (face d’homme).

Le Christ ressuscité est entouré de ces 4 symboles car ils montrent la puissance du Verbe incarné, vrai Homme et vrai Dieu. En tant qu’homme, Il nous montre l’homme pleinement réalisé dans sa relation à Dieu. Et en tant que Dieu, le principe de création et puissance de révélation. Nous n’oublions pas que dans l’Écriture Sainte, les animaux symbolisent toujours des aspects de la vie psychique de l’homme, et nous ajoutons ici que nous les voyons ailés, soulignant le côté spirituel.

Dans le mythe d’Œdipe, la mythologie nous raconte que le héros résout une énigme posée par une « sphinge » (féminin de sphinx), chimère monstrueuse qui dévore tous ceux qui ne donnent pas la bonne réponse. Et cette sphinge est précisément « composée » d’un corps de lion, des ailes d’aigle, et d’un buste et d’un visage de femme. Il manque le taureau, n’est-ce pas, et les autres sont en morceaux. Y aurait-il là quelque mystère à éclaircir ?

Enfin, chez Ezéchiel, les 4 Vivants forment comme un char de la divinité (Ez 1), et Saint Jean les décrit (Ap, 4, 7) appelant les 4 chevaux de l’Apocalypse (Ap 6, 1-8), voilà qui nous donne un indice sur le prochain animal que nous étudierons.

Eric PORTAL, animateur du groupe d’étude biblique de la paroisse.

Pour en savoir plus rendez-vous les deuxièmes jeudis du mois à 19h au presbytère.

Dans la même rubrique

Derniers articles

  • Les ordinations en direct
    Suivez les ordinations diaconales et sacerdotales en direct en cliquant sur le lien suivant: Ordinations diaconales : vendredi 24 juin 2022 à partir de 09h45 Ordinations sacerdotales : samedi 25 juin 2022 à partir de 09h45 Derniers articles
  • Le voyage de premières messes
    Chers paroissiens, Nous nous réjouissons de l’ordination de don Vianney le samedi 25 juin à Evron, lieu de la formation des prêtres de la communauté Saint-Martin. Après sa toute première messe célébrée dimanche 26 juin au séminaire où il a été formé pendant 7 ans, […]
  • Grande fête de la Communauté de Paroisses
    Venez nombreux, avec votre famille et vos proches, à la fête paroissiale qui se déroulera au Parc Miquey le dimanche 3 juillet 2022 pour entourer don Vianney en ce jour si particulier pour son engagement sacerdotal. Au programme :   11h00 : Messe au Parc Miquey […]
  • Cinq pains et deux poissons
    Ce dimanche nous entendrons le récit de la multiplication des pains. Et des poissons qui sont souvent oubliés hélas. Nous avons déjà pu parler des poissons lors de la pêche miraculeuse, et là ils sont accompagnés de pain. Écoutons :  (Luc 9, 13) Mais il leur […]
  • Un prêtre qui soit un vrai prêtre !
    Chers paroissiens, Si quelques-uns d’entre nous aurons la joie samedi prochain d’assister à l’ordination sacerdotale de don Vianney, ce sera toute la communauté de paroisse qui se rassemblera dimanche 3 juillet pour sa première messe à Mulhouse au Parc Miquey. Cet évènement marquant pour notre […]
Lire la Suite →
Exemple

Dans la bible, les animaux sont très fortement présents dès le serpent de la Genèse. Et comme toutes les images que l’Écriture contient, ils sont à interpréter symboliquement. Ainsi, les animaux nous montrent des capacités psychiques de l’homme. Aujourd’hui nous parlons du taureau.

Le taureau nous montre une violence sans discernement, ses cornes déchirent, éventrent, transpercent, et sa puissance d’insémination est sans limite. Châtré, le bœuf sert encore à inséminer… la terre, en tirant la charrue. Image de l’animalité pure et de la puissance non maîtrisée, il est à sacrifier, comme dans ce rituel pré-chrétien de la corrida, où l’homme apprend à dominer et transcender sa propre animalité, ou sur l’autel du temple de Jérusalem.

L’Aleph, 1ère lettre de l’alphabet hébreu et dont le hiéroglyphe antique est un taureau, nous montre le principe de création. Le taureau désigne le désir primordial de l’homme, antérieur à tous les autres, le désir de Dieu. Et il doit être châtré, pour qu’il n’engendre pas d’autres désirs qui nous en détourneraient. Il reste fécond pour inséminer notre Nature Humaine et servir sa transformation et sa réalisation.

Nous comprenons pourquoi un Taureau entoure le Christ, qui est le Fils et par Lui seul nous voyons le Père (Jn 14:9). Le Christ est le principe même de la création (Jn 1:3, Co 1:16), Il est pleinement le désir du Père, manifesté au Jourdain : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en Lui, je me suis désiré » (Matthieu 3:17)
L’évangéliste Saint Luc, est apparenté au Taureau.

Le « tétramorphe »

Eric PORTAL, animateur du groupe d’étude biblique de la paroisse.

Pour en savoir plus rendez-vous les deuxièmes jeudis du mois à 19h au presbytère.

Lire la Suite →