L’Arbre, un don de la Création

Le 20 mai 2022

Accueil Blog Articles L’Arbre, un don de la Création

Exemple

L’Arbre, un don de la Création

Parmi les dons de la Création, il est une créature qui nous « accompagne » sur notre chemin de vie, qui est très souvent présente non loin de nous, mais qui passe la plupart du temps inaperçue, si discrète bien qu’elle puisse être aussi très imposante. J’ai nommé « L’Arbre ». A la campagne bien sûr, mais aussi dans nos villes, il est vraiment rare que notre regard ne puisse pas croiser un arbre non loin. Ils bordent nos chemins, nos routes et même nos autoroutes. Les endroits sans arbres sur terre ont un nom bien précis, ce sont les déserts. Ils peuvent être fruitiers, on utilise leur bois pour le transformer en meubles, maisons, objets. Ils sont petits en boule ou grands très élancés, le plus souvent majestueux.

Je ne connais pas de civilisation qui n’ait pas honoré les arbres. Les peuples ont rendu certains arbres sacrés, dans des tribus africaines mais aussi dans notre civilisation. Nous plantons souvent un arbre pour commémorer un événement. Ils sont bien enracinés, ancrés, mais ils s’élancent vers le ciel et leur branchage semble s’y planter.

En somme, quand l’homme regarde un arbre, il voit un lien entre la terre et le ciel. Il nous rappelle donc cette Fonction Symbolique des Objets, dont nous avons parlé dans notre précédent article, fonction « qui nous rend capable de faire le lien entre la terre et le ciel, entre ce monde-ci et le monde venant ».

C’est une fonction propre à l’homme qui tel un arbre, en donnant le sens de la Création, retrouve le lien de l’analogie entre le monde sensible et le monde des archétypes.

Dans la Bible, les arbres sont aussi très présents. Ils sont créés au premier chapitre de la Genèse, avant même les luminaires que sont le soleil et la lune. Et une fois l’Homme créé, à l’image et à la ressemblance de Dieu, il est placé par la divinité dans un « Jardin planté d’arbres » le fameux jardin d’Eden. L’intérêt du jardin c’est qu’il a une clôture et qu’il propose donc un cadre bien défini dans lequel l’homme a désormais pour mission de le travailler et de le garder.

Et les arbres de ce jardin sont bien décrits. On en voit 3 sortes différentes mais il y en a une autre, pas encore vue comme un arbre.

Il y a l’arbre de Vie, celui qui donne la Vie à l’homme, il y a l’arbre de la connaissance bonne et mauvaise (selon une traduction littérale), et il y a les arbres bons à manger et agréables à voir.

Dieu donne à l’homme deux ordres, celui de manger de tout les arbres bons à manger et agréables à voir, et celui de ne pas manger de l’arbre de la connaissance bonne et mauvaise. C’est donc là le travail que l’homme a à faire, manger des arbres du jardin, qui sont tous des arbres « de connaissance ». L’homme doit donc travailler à s’instruire, se cultiver tout en cultivant le jardin. Mais il y a une connaissance que l’homme ne peut pas approcher sans se perdre, la connaissance dite « bonne et mauvaise », donc une connaissance totale complète, la connaissance comme Dieu connait. L’homme connait le monde par son travail, et la connaissance que le travail ne peux pas nous donner, nous est fournie par révélation divine. Vouloir y accéder par soi-même, c’est vouloir être Dieu.

Quel est donc le 4e arbre ? Qu’est-ce qui dans le jardin peut aussi donner une connaissance ? C’est l’homme lui-même. On en lit la démonstration dans l’évangile de Saint Marc au chapitre 8, 23 à 25.

« Il prit l’aveugle par la main, et le conduisit hors du village; puis il lui mit de la salive sur les yeux, lui imposa les mains, et lui demanda s’il voyait quelque chose. Il regarda, et dit : J’aperçois les hommes, mais j’en vois comme des arbres, et qui marchent. Jésus lui mit de nouveau les mains sur les yeux; et, quand l’aveugle regarda fixement, il fut guéri, et vit tout distinctement. »

Ne supposons pas que Jésus « rate » son miracle et qu’il doive recommencer. Mais supposons plutôt qu’Il nous enseigne en toute occasion et qu’ouvrir les yeux de l’aveugle (que nous sommes) lui permet de voir l’homme réellement, et de voir qu’il est comme un arbre.

Comme un arbre, l’Homme est un lien entre la terre et le ciel, il est même LE lien, plongé dans la Création, mais capable de relation au monde spirituel, capable de recevoir les inspirations des anges ou même de Dieu.

Eric PORTAL, animateur du groupe d’étude biblique de la paroisse.

Pour en savoir plus rendez-vous les deuxièmes jeudis du mois à 19h au presbytère.

Dans la même rubrique

Derniers articles

  • Le dimanche, premier jour de la semaine
    Chers paroissiens,  Chacun sait que le « week-end », qui désigne « la fin de la semaine », se clôt par son jour le plus important : le dimanche. Pourtant dans la tradition chrétienne, le dimanche se présente surtout comme « le premier jour de […]
  • Des instruments de musique pour prier !
    Chers paroissiens,  Nombreux sont les talents artistiques et musicaux dans notre communauté de paroisses. Il y a évidemment nos organistes qui nous accompagnent à chacune de nos messes et contribuent grandement à la beauté de nos célébrations depuis tant d’années. Nous nous en réjouissons.  Nous […]
  • A table pour mieux se connaître !
    Chers paroissiens,  Notre communauté de paroisse est à bâtir chaque jour, nos liens de fraternité et d’amitié ont besoin d’être nourris par les rencontres, la convivialité, et la prière. Alors toutes les idées sont bonnes pour cela ! Nous nous efforçons sur nos paroisses de […]
  • Photos de la balade du 8 janvier
    Après la dernière bouchée de la galette des Rois avalée, nous sommes partis pour une petite balade le long du canal du Rhône au Rhin. Quelques paroissiens ont bravé la grisaille et la pluie pour nous rejoindre et partager un moment fraternel, au cours duquel […]
  • Les mages, des hommes d’unité entre leur intelligence et leur foi !
    Chers paroissiens,  En ce jour où nous fêtons l’épiphanie et quelques jours après l’enterrement de notre pape défunt Benoît XVI, je voudrais honorer sa mémoire en vous partageant un extrait de son angélus, où il nous propose une réflexion sur l’unité entre l’intelligence et la […]