Jeudis 3 et 17 mars : temps de synodalité et de prière

Le 18 février 2022

Accueil Blog Articles Jeudis 3 et 17 mars : temps de synodalité et de prière

Exemple

Jeudis 3 et 17 mars : temps de synodalité et de prière

Pour contribuer à la démarche synodale lancée par le Saint Père, nous vous proposons 2 soirées pour vivre un temps de synodalité et de prière les 3 et 17 mars de 20h à 21h30 dans les salles du Sacré-Cœur (entrée rue de Molkenrain). Il est possible de participer aux deux rencontres ou simplement à l’une.

Pour en savoir plus sur le synode, dans le cadre du diocèse d’Alsace, nous vous invitons à consulter cette page de présentation, sur le site Internet du diocèse d’Alsace :


À l’écoute du Pape François

Nous vivons ce Synode dans l’esprit de la prière que Jésus a adressée de tout son cœur au Père pour ses disciples : « Que tous soient un » (Jn 17, 21). C’est à cela que nous sommes appelés : à l’unité, à la communion, à la fraternité qui naît du sentiment d’être environné de l’amour unique de Dieu. Tous, sans distinction, et en particulier nous les Pasteurs, comme l’écrivait saint Cyprien : « Nous devons retenir cette unité et la revendiquer fermement, surtout nous, les évêques, qui présidons dans l’Eglise, afin de montrer que l’épiscopat est également un et indivisible » (De Ecclesiae Catholicae Unitate, n. 5). Dans l’unique Peuple de Dieu, nous cheminons donc ensemble, pour faire l’expérience d’une Eglise qui reçoit et qui vit le don de l’unité et s’ouvre à la voix de l’Esprit.

— extrait d’un discours du Pape François, lors d’un temps de réflexion pour le début du synode, le 9 octobre 2021

Un homme riche va à la rencontre de Jésus alors qu’il « se met en route » (Mc 10, 17). Souvent, les Evangiles nous montrent Jésus « sur la route », marchant aux côtés de l’homme, à l’écoute des questions qui habitent et agitent son cœur. Il nous révèle ainsi que Dieu n’habite pas les lieux aseptisés, les lieux tranquilles, loin du réel, mais qu’il chemine avec nous et nous rejoint là où nous sommes, sur les sentiers souvent ardus de la vie. En ouvrant aujourd’hui le parcours synodal, commençons par tous nous demander – Pape, évêques, prêtres, religieux et religieuses, frères et sœurs laïcs –: nous, communauté chrétienne, incarnons-nous le style de Dieu, qui chemine dans l’histoire et partage les défis de l’humanité ? Sommes-nous disposés à vivre l’aventure du cheminement ou, par peur de l’inconnu, nous réfugions-nous dans les excuses du « cela ne sert à rien » ou du « on a toujours fait ainsi » ?

— extrait de l’homélie du Pape François, prononcée le 10 octobre 2021, lors de la messe d’ouverture du synode

Derniers articles

  • Plein d’espérance dans ce monde !
    Chers paroissiens,  « Pèlerins d’espérance », tel est le thème que le pape François a voulu donner à la prochaine année jubilaire de 2025. Ce thème n’a rien d’anodin puisqu’il veut répondre aux angoisses de notre temps et qu’il est de ce fait au cœur de l’enseignement […]
  • Louange à Dieu par nos chants !
    Chers paroissiens,  Quelle chance avons-nous d’avoir une belle culture du chant dans nos églises ! Nous chantons à la messe, nous chantons aux offices, nous continuons même de chanter « à la maison », rapportant chez nous des bribes de ces chants qui marquent nos […]
  • Aimer l’Eglise ?
    Chers paroissiens,  Qui de nous n’a jamais entendu un voisin, un collègue, un parent ou un ami lui dire : « je crois en Dieu, à la rigueur en Jésus mais alors l’Eglise, non ! », ou encore « je serai croyant lorsque les chrétiens […]
  • Fonction symbolique des objets
    Le monde est rempli d’objets : un arbre, de l’eau, des pierres, des animaux, et d’autres transformés par l’homme : du pain, une maison, etc. Ils composent le monde visible et expérimental de notre quotidien, dont nous avons l’habitude.  Ces objets ou images sont employés dans la […]
  • Retour sur une mémorable après-midi de football
    C’était un dimanche après-midi – sous un ciel à peine couvert – le dimanche 6 novembre dernier, pour être exact, sur le terrain de foot qui jouxte l’église saint Jean Bosco. Il n’était pas encore 15h lorsque les premières empreintes de crampons et baskets firent […]