Vianney Colin

archive

Accueil

Exemple

photo : Détail de l’autel de la chapelle du Sacré-Cœur, œuvre du céramiste Maurice Dhomme (†1975)

En pénétrant dans la chapelle du Sacré-Cœur et en vous approchant du tabernacle, vous pourrez admirer le travail d’orfèvre qui orne sa porte : deux cerfs y sont représentés, venus s’abreuver au pied de la Croix glorieuse, elle-même surplomblée d’un verset tiré du psaume 41… ces mots sont en quelque sorte la prière du cerf, notre prière, lorsque nous venons communier au Corps du Christ :

Comme un cerf altéré cherche l’eau vive,
ainsi mon âme te cherche toi, mon Dieu.

Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant ;
quand pourrai-je m’avancer, paraître face à Dieu ?
Je n’ai d’autre pain que mes larmes, le jour, la nuit,
moi qui chaque jour entends dire : « Où est-il ton Dieu ? »

— Ps 41, 2-4

… La prière du cerf, c’est avant tout ce joyeux élan vers Dieu. Une force intérieure qui nous pousse à aller de l’avant, une force vive qui redonne du courage à celui qui en manque. La prière du cerf ce fie à la parole de Dieu qui le fait tenir contre toute attente, car elle est sa nourriture et sa force. C’est aussi une supplication enracinée dans un grand désir. La prière du cerf est une prière qui a soif, qui désire Dieu, d’un désir profond, puissant, que rien ne peut étancher sinon Dieu lui-même…

d’après Anne Lecu, Et vous les arbres et les animaux, bénissez le Seigneur

Lire la Suite →
Exemple

Le chêne, don de la Création

illustration : Abraham recevant la visite de trois voyageurs, sous le chêne de Mambré… (mosaïque visible à la basilique Saint-Vital de Ravenne, VIème s.)

Robuste, fort, à l’ombre hospitalière, le chêne est considéré comme le roi des arbres. C’est d’ailleurs sous un chêne que le roi saint Louis rendait la justice, à Vincennes. 

Abraham eut sans doute une affection particulière pour cet arbre : c’est sous le chêne de Moré, à Sichem, que Dieu lui apparait lorsqu’il quitte son pays (Gn 12,6); c’est encore sous un chêne, à Mambré, que Dieu lui apparaît de nouveau, cette fois-ci sous la forme de trois voyageurs, pour lui annoncer une descendance (Gn 18,1-2). 

Harmonieux, haut et large, le chêne nous invite à vivre déployés, accueillants, hospitaliers. La force de son bois et la beauté de ses veines, appréciés par les menuisiers et sculpteurs, dégagent une chaleur familière propice à nos habitations. Le chêne est aussi l’arbre qui dure dans le temps et voit les générations passer : à son ombre, nous pouvons prendre du recul, peut-être même de la hauteur…

Alors, la prochaine fois qu’au détour d’une balade, nous croisons un specimen de cette belle espèce, formulons une prière, remercions Dieu pour cet arbre de l’alliance et de la sagesse, à l’ombre duquel, jadis, des visiteurs annoncèrent à Abraham qu’il serait père d’une multitude !

Texte inspiré du livre d’Anne Lecu, Et vous les arbres et les animaux, bénissez le Seigneur

Saint François d’Assise prêchant aux oiseaux près d’un chêne (Giotto, XIIIe s.).
Lire la Suite →