Projet de renouveau du Parc Miquey

Au cours des derniers mois, le Foyer Saint-Etienne, association propriétaire du Parc en lien avec la Paroisse Saint-Etienne, s’est interrogée sur l’avenir de ce grand espace vert adossé au Zoo, situé sur la colline du Rebberg et surplombant la ville de Mulhouse, alors que la question d’une mise au norme du bâtiment se faisait plus pressante… Une occasion unique de réveiller un désir : celui de refaire vivre le Parc en cohérence avec sa vocation initiale, en lien avec ses usagers et tous ceux qui y sont attachés, avec l’aide des collectivités locales. Les lignes qui suivent résument les échanges qui se sont tenus et présentent le projet porté par l’association.

Une histoire et un héritage

En septembre dernier, grâce à l’aide du laboratoire d’innovation de la mairie de Mulhouse et l’implication spontanée de bénévoles, plusieurs ateliers ont été menés avec les usagers, organismes ou particuliers, attachés de manières variées au Parc Miquey, ceci pour évoquer son histoire et son avenir. Au cours de ces rencontres, il est apparu que ce lieu avait une âme et un rayonnement singulier, ayant façonné des générations de Mulhousiens, dans l’esprit des camps scouts ou des rassemblements de jeunes. 

Un tel esprit s’enracine dans une histoire, celle d’une œuvre sociale née il y a une centaine d’années, de l’intuition d’un couple de bienfaiteurs : les époux Étienne et Joséphine Miquey. Dès le départ, leur intention fut d’œuvrer au bien commun de la ville, en ouvrant le Parc aux familles d’ouvriers vivant dans Mulhouse. Par la suite, ils confièrent le Parc à la paroisse Saint-Étienne, par le biais de l’association Foyer Saint-Etienne

Cet ADN initial a fortement contribué à forger l’âme du lieu, comme en témoignent encore aujourd’hui certains de ses usages réguliers, par des centres aérés et des mouvements scouts.

Des constats partagés

Les échanges menés lors des ateliers ont conduit à formuler au moins deux constats :

— d’une part, le lien social intégral tend à se désagréger : non pas seulement les liens entre les personnes, mais également les liens qui unissent la personne à la Création. Nous souffrons non seulement d’un manque de relation humaine, mais également d’un manque de relation à la Création, d’une forme de déracinement. 

— d’autre part, le Parc est aujourd’hui principalement utilisé pour des événements ponctuels ; il manque à cela une dimension, celle de la rencontre gratuite et durable, en accord avec la vocation du Parc : être un véritable lieu de vie, ouvert et propice à la relation humaine.

Un rêve et une vision

Dès lors, les personnes impliquées dans le projet de renouveau du Parc ont fait un rêve : que le Parc Miquey devienne un lieu vivant contribuant à refonder le lien social intégral,  à la mesure de son ancrage dans la ville et de sa capacité de rayonnement – par sa terre, ses arbres et son bâtiment. Que ce poumon vert devienne ainsi :

— un modèle d’écologie intégrale*, dans le prolongement de l’Évangile, offrant aux habitants de la ville une façon de se retrouver autour de choses simples : un jardin collaboratif, des ateliers partagés, une cuisine, etc. ; dans un souci d’ouverture et de mixité sociale. Nous voulons ainsi répondre à l’invitation du Pape François, formulée dans son ouvrage Laudato si’, celle de tirer toutes les conséquences écologiques de l’Évangile.

— un lieu où la relation soit au cœur : il s’agit de penser l’écologie dans sa globalité, selon les 4 grandes relations propres à l’homme : relation aux personnes, relation à soi, relation aux autres créatures, relation à Dieu.

Le Parc ainsi renouvelé continuera d’accueillir de manière pérenne les centres aérés et mouvements de jeunesse, leur permettant d’emmener leurs jeunes dans un lieu inspirant et pédagogique. Plus encore, il pourra être ouvert à des écoles et à des entreprises, leur offrant un cadre de transmission cohérent avec leurs visions. 

Valeurs phares

Écologie intégrale

Bien commun

Rencontre

Convivialité

Toutes les générations

Tous les milieux

Foi et Contemplation

Créativité et transmission

Enracinement

Sous le patronage de Saint François d’Assise

Au XIIIe s., François d’Assise fit un songe et entendit cet appel : « Répare mon église ». Aujourd’hui, nous entendons cet autre appel : « répare mon village »…
Le projet de renouveau du Parc Miquey n’a pas d’autre ambition que de contribuer à « reconstruire le village », en lui offrant une place à taille humaine.

Phase Projet

Après cette étape de partage avec les usagers, l’association du Foyer Saint-Etienne, accompagné par un bureau d’architecte, a démarré une phase d’élaboration d’un dossier concret pour porter le projet et rechercher des sources de financement, afin de revaloriser le Parc  et proposer un tiers-lieu* multifonctionnel, selon la vision dégagée durant les ateliers, reprenant les aspects suivants :

Les contours du projet 

Une communauté à bâtir 

  • Par le biais de petites communautés qui se retrouveront au Parc au gré de leurs activités et disponibilités (jardin, cuisine, atelier, conférences, temps gratuits de rencontres, etc.) ;
  • Par l’organisation régulière d’évènements conviviaux, mobilisant largement ;
  • Avec le concours d’un permanent, au service du Parc, gardien attentif de l’âme du village.

Un lieu accessible 

  • grâce à des horaires d’ouverture stables, 
  • avec l’aide d’un rayonnement numérique approprié.

Pour une diversité de personnes et collectifs 

  • œuvres de jeunesse,
  • établissements scolaires,
  • séminaires d’entreprises, désireuses de bénéficier de l’ADN du Parc.
  • associations (créativité, art, culture).

Un jardin habité

  • un parc à vélo,
  • un terrain multisports (« city »)
  • un lieu d’apiculture
  • un parcours botanique à travers le Parc,
  • un jardin des simples et un jardin partagé,
  • un enclos pour animaux, un bassin et ses poissons, 
  • une zone de protection des oiseaux (nichoirs et zones de nidification),
  • un système de récupération des eaux de pluie,
  • une pédagogie numérique.

Une « maison » conviviale

  • au RDC : Café et rencontres, Boutique solidaire, Cuisine et Ateliers partagés (menuiserie, couture, transformation des produits de la terre…)
  • à l’étage : Salle de transmission, de travail manuel et de créativité (espace modulable), bibliothèque, Salle de lecture, travail et réunion (technologie de conférence et Internet haut débit), propices au Coworking, aux séminaires d’entreprises et organismes de formation.